France: Macron avance le chiffre de 100 milliards d’euros pour le plan de relance

Le plan de relance de l’économie française représentera “au moins 100 milliards d’euros”, en plus des 460 milliards déjà engagés en mesures sectorielles et de soutien à l’économie depuis le début de l’épidémie, a annoncé mardi Emmanuel Macron.

“On met avec ce plan de relance, en plus de cet argent déjà mis, au moins 100 milliards pour faire la relance industrielle, écologique, locale, culturelle et éducative. Je suis convaincu qu’on peut bâtir un pays différent d’ici à dix ans”, a affirmé le chef de l’Etaten renouant avec l’exercice de l’interview présidentielle, sur TF1 et France 2.

Ce plan de relance de l’économie est un des objectifs clés du nouveau gouvernement nommé par Emmanuel Macron pour affronter les conséquences économiques et sociales de la pandémie de coronavirus.

Dans la matinée, le traditionnel défilé militaire pour la fête nationale du 14 juillet avait laissé la place à un mini-défilé confiné place de la Concorde, rassemblant sous un ciel nuageux quelque 2.000 militaires, moitié moins que pour l’habituelle descente des Champs-Élysées.

Lors du tableau final, des soignants en blouse blanche ont rejoint les rangs des militaires sous les applaudissements nourris du président et de toute l’assistance, alors qu’était déployé sur la place de la Concorde un immense drapeau bleu-blanc-rouge, au son de la Marseillaise.

Risque sanitaire oblige, pas de colonne de blindés ni public massé au coeur de Paris cette année, mais un défilé aérien maintenu, ouvert par l’emblématique panache de fumée bleu-blanc-rouge de la Patrouille de France, qui a embarqué trois soignants à bord de ses Alphajets.

La cérémonie a également fait la part belle aux multiples unités militaires qui ont oeuvré à lutter contre le coronavirus sous le parapluie de l’opération Résilience, lancée fin mars. Avec un hommage particulier au service de santé des armées, mobilisé tous azimuts au plus fort de la pandémie.

Dans les gradins, 2.500 invités, dont 1.400 Français qui ont vécu l’épidémie en première ligne: soignants, famille de soignants morts du Covid-19, enseignants, caissiers, agents funéraires, policiers, gendarmes, pompiers, salariés d’usines de masques ou de tests.

Des honneurs accueillis avec scepticisme par certains personnels soignants, qui attendent plus en faveur du secteur hospitalier.

Visible depuis la Concorde, une banderole “Derrière les hommages, Macron asphyxie l’hôpital” s’est envolée pendant la cérémonie, portée par une grappe de ballons rouges et noirs, selon une vidéo circulant sur Twitter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite