Des Marocains bloqués en France manifestent devant l’ambassade du Maroc (Vidéo)

Ils sont près de 7.000 Marocains bloqués en France qui attendent d’être rapatriés depuis la fermeture de l’espace aérien le 14 mars dernier du fait de la pandémie du coronavirus.

Une soixantaine de Marocains bloqués en France ont manifesté leur colère, ce jeudi 11 juin, devant la porte de l’ambassade du Maroc à Paris et aux alentours de la chancellerie pour exiger leur rapatriement immédiat.

Malgré la prise en charge de certains d’entre eux par le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, et la forte mobilisation du tissu associatif marocain en France, leur situation s’est détériorée tant sur les plans matériel que psychique.

Trois Marocaines bloquées ont accouché

En région parisienne, trois marocaines bloquées ont donné respectivement naissance à des jumeaux, des triplés et un garçon. Prises en charge par l’ambassade du Maroc à Paris, ces femmes ont néanmoins accouché loin de leurs familles et de leurs proches.

Dans une vidéo postée sur Facebook, la police française invite les Marocains bloqués à contacter leur ambassade par téléphone et de mandater deux personnes pour les représenter.

Publiée par Younes Ja sur Jeudi 11 juin 2020

 

Engagement de Bourita à rapatrier les 32.000 Marocains bloqués à l’étranger

Mardi devant le parlement, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a référé l’engagement des autorités marocains à mener à bien le rapatriement des citoyens bloqués.

L’approche, a-t-il dit, est “globale et responsable conciliant entre leur droit garanti au retour, les exigences de la situation épidémiologique et l’impératif de prise en charge des rapatriés et leur accompagnement dans les meilleures conditions”.

Lire aussi: Aucune discrimination ni mention à la double nationalité dans le listing des Marocains bloqués en France

L’opération de rapatriement, qui touchera les personnes disposant de visas de courte durée, sera étendue après l’Algérie et l’Espagne, selon le Bourita, à la Turquie, la France, les pays du Golfe et les pays africains dans le strict respect des mesures sanitaires.

Parallèlement à l’opération de rapatriement qui a débuté (Algérie, Espagne), le ministère poursuivra l’accompagnement des Marocains bloqués à l’étranger jusqu’à leur retour au Maroc, a-t-il assuré.

Mobilisation des missions diplomatiques

Nasser Bourita a  encore rappelé que son département a pris en charge 6.852 des 32.000 bloqués à l’étranger, notamment sur les plans de l’hébergement, des soins de santé, d’accompagnement psychologique, de médicaments, de couverture des frais d’opérations chirurgicales, d’accouchement et de séances de traitement, y compris la chimiothérapie, la radiologique et l’hémodialyse.

Lire aussiDans une vidéo, les Marocains bloqués lancent un appel pressent aux autorités pour les rapatrier

Nasser Bourita a également souligné la mobilisation des missions diplomatiques et des consulats pour prêter une assistance financière nécessaire aux Marocains bloqués tombés dans une situation de grande précarité.

Le département des Affaires étrangères , a-t-il assuré, veille à l’accompagnement des Marocains bloqués et au suivi de leur situation par le déploiement de la cellule de crise créée au niveau central, ainsi que la mise en place de 155 cellules de suivi et d’intervention auprès des ambassades et des consulats du Royaume.

Le Maroc a débuté l’opération de rapatriement des Marocains bloqués avec une moyenne de 300 personnes par semaine. Pour les Marocains dans péninsule ibérique, la priorité a été accordée à ceux bloqués dans le sud de l’Espagne, particulièrement Algésiras, suivra la Catalogne et Madrid.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite