Soutien médical du Maroc en Afrique : de la parole aux actes

Le 13 avril dernier une dépêche nous informait d’une initiative du Roi du Maroc pour l’Afrique, pour faire face à la pandémie de la covid-19. Le souverain marocain avait eu deux contacts téléphoniques à ce sujet avec ses homologues du Sénégal, Macky Sall et de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara.

Une initiative concertée et coordonnée annonçait l’agence marocaine, précisant qu’il s’agissait “d’une initiative pragmatique et orientée vers l’action qui permet le partage d’expérience et de bonnes pratiques”.
Sur son compte twitter, le chef de l’Etat sénégalais remerciait le Roi du Maroc pour cette initiative et déclarait vouloir œuvrer à sa réussite.

Une action qui donne du sens aux relations interafricaines

Moins de 2 mois plus tard, une opération sans précédent voit la livraison de plus de 8 millions de masques,900 000 visières, 600 000 charlottes,60 000 blouses, 30 000 litres de gel hydroalcoolique ainsi que 75 000 boites de chloroquine et 15 000 d’Azithromycine à 15 pays du continent pour les accompagner dans la lutte contre la propagation de la Covid-19.

Depuis son début le 14 juin dernier, nous assistons à un ballet incessant des avions de la Royal Air Maroc dans le ciel africain pour livrer au plus vite le Niger, la Mauritanie, la Guinée, la République Démocratique du Congo, le Royaume d’Eswatini, la Guinée-Bissau, le Cameroun, le Sénégal, le Congo, le Burkina Fasso, le Tchad, le Malawi, l’Angola, la Zambie et hier la Côte d’Ivoire.
Les Comores verront l’atterrissage de l’appareil transportant l’aide médicale qui lui est destinée mardi 23 juin à 9H30. La Tanzanie devrait suivre dans les jours qui viennent et peut être même d’autres pays qui n’étaient pas initialement prévus comme l’Angola, nous déclare une source de la diplomatie marocaine.

Devant l’absence de réponses concrètes à la crise du coronavirus en Afrique par la communauté internationale, rien d’étonnant à ce que le souverain marocain, dans la concertation avec ses pairs du continent, ambitionne de jeter les jalons d’une action interafricaine efficace.

Son annonce a clairement fait grincer des dents certaines chancelleries européennes. “Il y a plusieurs raisons à cela”, nous déclare Emmanuel Dupuy, Président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe. Pour l’analyste français “Le Maroc est plus actif sur le continent africain. L’Union Européenne s’est mobilisée mais beaucoup plus tardivement. Elle n’a pas un intérêt très marqué pour être au chevet des pays africains. L’UE se satisfait du narratif qui consiste à dire que l’Afrique résiste mieux au virus qu’on aurait imaginé pour justifier le fait qu’elle ne se soit pas focalisée sur le continent africain”, explique Emmanuel Dupuy, ajoutant que l’action du Maroc “n’arrange guère” les Européens qui n’ont pas une convergence de vue concernant l’Afrique.

La légitimité du Maroc en Afrique

Si certains pays voient dans l’action du Maroc une manière de “gagner du terrain” sur le continent, pour Emmanuel Dupuy, ce qu’entreprend le Royaume est “une confirmation d’une diplomatie qui est focalisée sur l’intégration régionale”.

L’histoire et la géographie dont le Royaume chérifien tire sa légitimité ne sauraient être en effet occultés. Le Maroc est d’abord lui-même un pays africain. En dépit de ses propres contraintes et difficultés mais fort de ses réussites dans différents domaines, la philosophie qu’il défend tient de la co-construction d’un modèle de développement qui place l’humain au cœur de toute action.

En matière de coopération, les chiffres attestent de l’engagement du Royaume avec un millier d’accords conclus avec près de 80% des pays du continent, impliquant plus de 80 opérateurs économiques publics et privés marocains. Entre 2008 et 2015, le Maroc a investi pas moins de 2,2 milliards de dollars en Afrique.

La plupart sont des investissements productifs qui ciblent essentiellement le développement agricole, le soutien à l’économie de la pêche, les infrastructures médicales, les projets sociaux, la construction de logements et l’accompagnement des PME.

Avec la compagnie aérienne nationale, RAM, ce sont 32 vols quotidiens qui sont assurés à travers le continent, permettant à des pays totalement délaissés par les compagnies aériennes européennes, de favoriser les échanges. Enfin, 34 lignes maritimes fonctionnent quotidiennement à destination de 20 ports africains.

Placer l’humain au cœur de toute action

Mais au-delà des chiffres, c’est la dimension humaine de la vision du Maroc pour le continent qui interpelle. Aujourd’hui encore à Niamey, les nigériens se souviennent de ce jour de mars 2006 au cours duquel Mohammed VI est venu les soutenir dans la crise humanitaire qui venait de frapper le pays, après une longue et éprouvante sécheresse et l’invasion de millions de criquets pèlerins. Il aurait pu se contenter du déploiement d’un hôpital de campagne par les Forces Armées Royales à Maradi, à 600 kms de la capitale et de l’aide alimentaire d’urgence composée de 170 tonnes de denrées alimentaires, en plus de 15 tonnes de médicaments envoyées quelques jours plutôt.

Pour Mohammed VI, ceci n’était pas suffisant pour apporter son soutien à ce pays ami en difficulté. Il lui fallait s’y rendre et signifier personnellement au peuple du Niger qu’il n’était pas seul dans cette épreuve.

C’est cela l’approche humaniste, la touche singulière avec laquelle Mohammed VI a su conquérir au fil des années le cœur de millions d’africains.

Rares sont les chefs d’Etat qui connaissent l’Afrique aussi bien que Mohammed VI

Avant le retour du Royaume chérifien au sein de l’Union Africaine en 2017, le souverain marocain avait déjà visité la moitié des pays d’Afrique, parcourant des dizaines de milliers de kilomètres au cours de 51 déplacements en 17 ans de règne. Il en connait les moindres recoins, le moindre quartier ou village prenant le temps, une fois les rencontres officielles et les accueils protocolaires terminés, de discuter avec les habitants qu’il a l’occasion de rencontrer. « Ce n’est pas uniquement l’Afrique qu’aime le Roi », nous confie un proche du sérail, “il aime les Africains dont il se sent proche. Il est Africain, l’un des leur ”.

Après la plupart de ses déplacements officiels, Mohammed VI prolonge sa présence de quelques jours en privé pour connaitre le pays. « Ces quelques jours sont tout aussi importants pour SM le Roi que les activités officielles elles-mêmes », ajoute notre source proche du palais, précisant « Ils lui permettent de s’imprégner de la culture du pays, de se rapprocher de ses habitants, de connaitre leurs traditions mais aussi leurs difficultés”.

L’Afrique ne doit compter que sur elle même

La pandémie du Coronavirus a mis en lumière la défection des pays riches et des organisations internationales, malgré les nombreuses promesses formulées ici et là pour accompagner le continent dans cette crise. Force est de constater que les déclarations d’intentions n’ont pas été, ou si peu, concrétisées.

Tordant le cou aux prévisions les plus alarmistes de l’OMS et aux notes diplomatiques de certaines chancelleries prédisant l’apocalypse en Afrique, le continent donne une belle leçon de résilience.

Les Etats africains doivent tirer les leçons de cette crise et ajuster leurs politiques pour trouver les solutions au sein de l’Afrique elle-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite