Syrie: une zone d’exclusion aérienne demandée

L’Instance générale de la révolution syrienne , représentant des dizaines de groupes d’opposants au régime de Bachar al-Assad, s’est prononcée mardi en faveur de l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils dans le pays.

L’organisation, qui a tenu une conférence de presse à Washington, s’est également prononcée pour un embargo sur les armes à destination du pays et pour un gel des avoirs des dirigeants syriens dans une déclaration qu’elle devait remettre au chef de l’ONU Ban Ki-moon ainsi qu’au Conseil de sécurité de l’ONU et au président américain Barack Obama.

L’Instance "demande au Conseil de sécurité de l’ONU, pour une protection efficace (des civils), qu’il demande un cessez-le-feu immédiat en Syrie, y compris dans les attaques actuelles contre les civils, qui constituent un crime contre l’humanité, qu’il impose une zone d’exclusion aérienne et qu’il prenne des sanctions supplémentaires contre le régime de Bachar el-Assad", est-il écrit dans le document.

L’Instance, créée en août pour unifier l’opposition à Bachar el-Assad, précise en revanche qu’elle "n’appelle pas à une intervention militaire étrangère" sur le sol syrien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite