Maroc: Biadillah exhorte les jeunes sahraouis de Tindouf à regagner la “mère-patrie la tête haute”

Maroc: Biadillah exhorte les jeunes sahraouis de Tindouf à regagner la
Le président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah, a exhorté les jeunes sahraouis de Tindouf à regagner la mère-patrie "la tête haute".

Dans une déclaration à la deuxième chaîne "2M", diffusée mardi dans son journal de la mi-journée, M. Biadillah a souligné que la régionalisation avancée constitue "une main tendue et un cÂœur ouvert" pour que les jeunes sahraouis de Tindouf regagnent la mère-patrie "la tête haute" avec "une grande confiance dans un Etat respectueux", qui leur ouvre constamment ses portes.

Il a affirmé que la régionalisation avancée est de nature à résoudre le différend autour du Sahara et permettra aux sahraouis de gérer leurs propres affaires dans un cadre garantissant "un parlement élu, un gouvernement régional élu et tous les pouvoirs, hormis ceux des Affaires étrangères et de la Défense".

La régionalisation avancée assure, également, aux habitants des provinces du sud "des moyens matériels, humains et juridiques en droite ligne avec les dispositions de la Constitution qui leur permettent d’administrer la région en toute liberté et démocratie au sein du Maroc uni et dans le cadre de la souveraineté marocaine", a-t-il ajouté.

Il a indiqué que ce choix permettra au Royaume d’édifier "avec nos voisins algériens le grand Maghreb", en tant que groupement d’intégration régionale capable d’instaurer une complémentarité économique, soutenant que le grand Maghreb peut devenir "un bon interlocuteur pour l’Europe dans le sud de la Méditerranée et le garant de la sécurité et de la paix dans la région", particulièrement dans le sillage de la situation actuelle dans la région sahélo-saharienne.

M. Biadillah a conclu que la régionalisation avancée "est un choix stratégique qui jette les jalons du Maroc du troisième millénaire" et qui place le citoyen "au centre des profonds changements que connait le Royaume" et permet "de faire face aux défis sécuritaires, économiques, sociaux, environnementaux et de développement".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite