La France se félicite de la poursuite des efforts du Maroc pour relancer du processus politique en Libye

La France se félicite de la poursuite des efforts du Royaume du Maroc en vue d’une relance du processus politique en Libye à travers les efforts destinés à faciliter le dialogue entre la Chambres des représentants et le Haut conseil d’État, à Bouznika.

“L’engagement du Maroc est une contribution importante aux démarches engagées par les Nations Unies en vue d’une reprise du dialogue politique inter-libyen”, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Les initiatives en faveur de discussions politiques inclusives en Libye sont essentielles pour permettre une sortie de crise, a souligné le quai d’Orsay, estimant qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit libyen.

Les accords auxquels sont parvenues la délégation du Haut conseil d’Etat et celle de la Chambre des représentants lors du 2-ème round du dialogue inter-libyen de Bouznika sont décisifs pour le choix des titulaires des postes de souveraineté et ce, conformément à l’article 15 de l’accord de Skhirate, avait affirmé, mardi soir, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, se félicitant de l’esprit positif ayant marqué ce round.

Un rapport contenant ces accords sera soumis aux présidents du Haut conseil d’Etat et de la Chambre des représentants pour approbation, avait souligné M. Bourita qui s’exprimait lors d’un point de presse tenu au terme de ce 2-ème round, relevant que le dialogue inter-libyen de Bouznika dispose de tous les éléments et facteurs favorisant sa réussite.

Parmi ces facteurs, le soutien clair du roi Mohammed VI et du Royaume à tout ce qui contribue à la stabilité de la Libye et qui permet à ce pays de sortir de la crise qu’il connaît depuis des années.

Le Royaume demeurera, “conformément aux hautes instructions royales, une terre d’accueil pour tous les frères libyens sans aucune distinction”, avait encore dit M. Bourita, notant que le Maroc adopte une position constructive, basée sur une neutralité positive et destinée à aider les Libyens à dépasser toutes les difficultés.

Le ministre avait par ailleurs indiqué qu’il s’agit d’un dialogue inter-libyen et non d’un dialogue sur la Libye et que ce dernier est mené par les Libyens eux-mêmes sans aucune ingérence, ce qui permet aux parties de s’entendre et de débattre pour parvenir à un consensus.

Et de poursuivre que le dialogue de Bouznika a prouvé l’efficience de cette approche qui accorde aux Libyens la possibilité de résoudre eux-mêmes leurs problèmes, de même que la Libye n’a pas besoin de tutelle ni d’ingérence.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite