Jean-Luc Delarue, extraits de son autobiographie : “J’étais devenu un mort-vivant”

Jean-Luc Delarue, extraits de son autobiographie :
Ce sont les premiers extraits d’une autobiographie très attendue et polémique. Dans son édition du 29 novembre, l’hebdomadaire Paris Match publie les bonne feuilles du livre "Carnets secrets", autobiographie écrite par Jean-Luc Delarue avant sa mort, survenue le 23 août dernier.

L’ouvrage crée déjà la polémique, avant même sa sortie, prévue le 5 décembre prochain : l’ancienne compagne de l’animateur, Elisabeth Bost, souhaite en effet en interdire sa publication . Et dans une interview au Point, le père de l’animateur, Jean-Claude Delarue, émet également des craintes quant à cet ouvrage, craignant que son fils ait été manipulé : "Quand quelqu’un est isolé de sa famille et de son entourage, il peut céder plus facilement à toutes les sollicitations. Jean-Luc était très malade. Était-il encore conscient lors de ses derniers jours ?", explique-t-il.

De son enfance à son addiction à la drogue, en passant par son passage à Canal+, les extraits publiés par Paris Match ne passent rien sous silence. Jean-Luc Delarue évoque largement ses relations conflictuelles avec sa mère : "On m’a souvent présenté comme le gendre idéal. Beaucoup de mamans auraient souhaité me faire partager leur famille, m’avoir comme beau-fils, moi, alors que ma propre mère ne jugeait pas utile de m’inviter aux réunions de famille".

Concernant son addiction à la cocaïne, il raconte avoir traversé un enfer avant son arrestation en 2010, "qui a probablement été (sa) planche de salut", selon ses mots : "J’étais devenu un mort-vivant. Après que ma consommation de drogue eut atteint un point culminant en 2007, je n’avais plus d’autre issue que la mort", écrit Jean-Luc Delarue. Les bénéfices de la vente de cette autobiographie seront reversés à la Fondation de France

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite