Coronavirus : décès en France d’un enfant atteint de la maladie de Kawasaki

En contact avec le Covid-19, l’enfant de 9 ans, est mort d’une “atteinte neurologique liée à un arrêt cardiaque” et souffrait de la maladie de Kawasaki.

Dans son point hebdomadaire diffusé jeudi soir, l’agence sanitaire Santé publique France a fait mention du décès d’un “garçon âgé de 9 ans, présentant une comorbidité neuro-développementale”, après une maladie inflammatoire ayant atteint son coeur et qui était sans doute liée au Covid-19.

Ces trois dernières semaines, plusieurs pays ont signalé des cas d’enfants touchés par une affection rare, la maladie de Kawasaki. En France, 125 signalements ont été rapportés entre le 1er mars et le 12 mai, selon Santé publique France.

Les symptômes suggèrent une forme atypique d’une pathologie infantile rare mais connue : la maladie de Kawasaki. Mais certains des enfants touchés ont également été testés positifs au Covid-19 : c’est même le cas de la totalité de ceux testés par l’AP-HP en Ile-de-France.

Un tiers d’enfants avait entre 5 et 9 ans, un peu plus d’un quart entre 10 et 14 ans et autant entre 1 et 4 ans. Un constat qui interroge sur un possible lien, pas encore confirmé, entre les symptômes et le coronavirus.

Selon le professeur Fabrice Michel, chef du service de réanimation pédiatrique du centre hospitalier La Timone à Marseille (sud-est), où a été admis le jeune enfant, ce dernier, décédé samedi, est mort d’une “atteinte neurologique liée à un arrêt cardiaque”, et avait “une sérologie montrant qu’il avait été en contact” avec le coronavirus, mais n’avait pas développé les syndromes du Covid-19.

Un emballement du système immunitaire

Les autorités américaines ont émis, jeudi, un avertissement à destination des professionnels de santé concernant une maladie inflammatoire touchant les enfants et probablement liée au Covid-19. Les symptômes de cette maladie ressemblent à ceux d’une pathologie connue et rarissime : la maladie de Kawasaki. Les enfants atteints en Ile-de-France ont présenté d’abord plusieurs jours de fièvre élevée et de douleurs abdominales, avec parfois une éruption cutanée, avant de développer une défaillance cardiaque et circulatoire.

Celle-ci est liée “à une réaction inflammatoire exagérée, mais qui apparaît à la troisième ou quatrième semaine”, a détaillé Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP. Un constat similaire outre-Atlantique. “Ces enfants avaient le virus, leur corps l’a combattu. Mais maintenant il y a cette réponse immunitaire différée et excessive”, a commenté auprès de l’AFP un pédiatre new-yorkais.

Un emballement du système immunitaire

Les autorités américaines ont émis, jeudi, un avertissement à destination des professionnels de santé concernant une maladie inflammatoire touchant les enfants et probablement liée au Covid-19. Les symptômes de cette maladie ressemblent à ceux d’une pathologie connue et rarissime : la maladie de Kawasaki. Les enfants atteints en Ile-de-France ont présenté d’abord plusieurs jours de fièvre élevée et de douleurs abdominales, avec parfois une éruption cutanée, avant de développer une défaillance cardiaque et circulatoire.

Celle-ci est liée “à une réaction inflammatoire exagérée, mais qui apparaît à la troisième ou quatrième semaine”, a détaillé Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP. Un constat similaire outre-Atlantique. “Ces enfants avaient le virus, leur corps l’a combattu. Mais maintenant il y a cette réponse immunitaire différée et excessive”, a commenté auprès de l’AFP un pédiatre new-yorkais.

Les médecins de l’AP-HP ont émis l’hypothèse que la maladie observée soit similaire aux orages de cytokines, ces emballements dangereux du système immunitaire, soupçonnés de jouer un rôle dans l’aggravation de l’état de certains malades adultes du Covid-19.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite