Attentats à Damas: des civils et des membres des forces de sécurité tués (TV d’Etat)

Deux attaques meurtrières, attribuées par les autorités à des “terroristes”, ont visé samedi Damas, au lendemain d’un rapport de l’émissaire international Kofi Annan qualifiant de “décevantes” les réponses syriennes à ses propositions de médiation.

Attentats à Damas: des civils et des membres des forces de sécurité tués (TV d
Plusieurs civils et des membres des forces de sécurité ont été tués dans deux attentats qui ont visé samedi tôt à Damas des bâtiments de la sécurité, a rapporté la télévision officielle syrienne.

Dans plusieurs bandeaux, la télévision d’Etat a indiqué que les deux attaques avaient visé la direction de la police criminelle et un centre des renseignements de l’aviation, faisant des morts parmi les civils et les membres des forces de sécurité.

L’une des explosions a eu lieu entre le boulevard de Bagdad et le quartier al-Qasaa, tandis que la seconde s’est produite dans le quartier de Douar al-Jamarik (quartier de la douane ndlr), a précisé la télévision.

La chaîne affirme en outre que "selon les premières informations il s’agit de voitures piégées".

Les premières images diffusées par la télévision officielle de l’attaque à Douar al-Jamarik montrent un corps calciné à bord d’une voiture encore fumante, présenté par la chaîne comme celui d’un "terroriste", des flaques de sang au sol ainsi que des colonnes de fumée s’élevant d’un bâtiment aux abords duquel des ambulances allaient et venaient.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a de son côté indiqué dans un communiqué que plusieurs membres des forces de sécurité avaient été tués et d’autres blessés dans ces explosions visant des centres de sécurité.

Plusieurs analystes invités sur le plateau de la télévision syrienne ont accusé le Qatar et l’Arabie saoudite, qui se sont prononcés à plusieurs reprises en faveur de l’armement des rebelles syriens, d’avoir une responsabilité "politique, juridique et religieuse" dans ces attaques.

"L’Arabie saoudite nous envoie des terroristes!", "Voilà les Amis de Tunis et du Conseil d’Istanbul", ont aussi affirmé des témoins interrogés par la télévision d’Etat, faisant allusion à la réunion internationale consacrée à la Syrie et au Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l’opposition formée à Istanbul.

Plusieurs attentats ont eu lieu en Syrie depuis l’éclatement le 15 mars 2011 d’une révolte populaire hostile au président Bachar al-Assad, qui refuse d’en reconnaître l’ampleur et accuse des "bandes terroristes armées" d’être à l’origine des violences qui ont fait plus de 9.000 morts en un an, selon l’OSDH.

A Genève, l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie Kofi Annan a qualifié vendredi de "décevantes jusqu’ici" les réponses syriennes à ses propositions de médiation, appelant le Conseil de sécurité de l’ONU à l’unité pour faire pression sur Damas, selon des diplomates.

Les membres du Conseil ont jusqu’ici échoué à se mettre d’accord sur une résolution sur la Syrie, en raison de l’opposition de Moscou et Pékin, fidèles alliés de Damas.

"M. Annan a décidé d’envoyer une mission à Damas pour discuter des modalités d’un mécanisme d’observation et d’autres étapes pratiques pour mettre en place (…) certaines de ses propositions, incluant un arrêt immédiat de la violence et des tueries", selon son porte-parole Ahmed Fawzi.

L’ambassadeur syrien à l’ONU Bachar Jaafari a précisé que l’équipe de M. Annan "arriverait dimanche à Damas", tandis que les autorités syriennes "se félicitaient" de cette mission.

Par ailleurs, et pour la première fois, l’ONU doit participer ce week-end à une mission d’évaluation des besoins humanitaires dans le pays sous la direction du gouvernement syrien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite