Tahar Ben Jelloun réalise les vitraux d’une église, un “signe de coexistence, de paix et de concorde entre les religions” (Vidéo)

Huit vitraux contemporains ornent désormais les murs de l’église du Thoureil. Ils ont été inaugurés le samedi 30 novembre, en présence notamment de Tahar Ben Jelloun, qui leur a donné naissance, et de l’initiateur du projet et ancien président d’Arte, Jérôme Clément, né d’un père catholique et d’une mère juive, baptisé catholique, à la demande de ses grands-parents paternels. En 1996, il découvre que ses grands-parents maternels sont morts déportés à Aushwitz.

"Quand Jérôme Clément m’a proposé de faire les vitraux de l’église du Thoureil en 2017, j’ai trouvé l’idée un peu folle n’étant pas chrétien. Il m’a répondu: C’est pas grave. Tu es musulman, c’est parfait", confie Tahar Ben Jelloun, estimant "C’est un symbole fort qui invite les trois religions monothéistes à communier dans une maison de dieu."

Les couleurs des vitraux rappellent la Loire qui borde l’église. Tahar Ben Jelloun a passé des heures à observer ce fleuve et ses couleurs : " j’ai vu l’eau passer d’un bleu étrange à un vert franc ensuite prendre une teinte sombre".

Les vitraux ont été réalisés par l’Atelier Téophile, dirigé par le maître verrier Philippe Brissy à Saumur

L’église a été édifiée vers le milieu du XIIe siècle et est envahie au XVIIIème siècle par les eaux. Le clocher et l’abside de l’église Saint-Genulf et Saint-Charles du Thoureil sont classés Monuments Historiques. La reconstruction de la nef prend appui sur les vestiges arasés de Saint-Genulf et les vitraux restent translucides, sans ornementation particulière. L’église est consacrée à Saint Charles en 1807

La commune du Thoureil est labellisée Petite Cité de caractère. Elle est située sur le territoire du Val de Loire, qui est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite