Rugby – Maroc : “Mes deux jours à Casablanca”

Je viens de passer deux jours à Casablanca. J’étais invité par le Lycée français Lyautey organisateur du tournoi de la Méditerranée inter-école réservée aux moins de 15 ans.

Rugby - Maroc :
Six nations étaient représentées. Les sections sportives de Massy, Hyères et le collège parisien Georges Braque honorèrent la compétition en se qualifiant pour les demi-finales. Ce sont les Parisiens du lycée Braque qui remportèrent le tournoi contre Massy, équipe à qui j’avais accordé mes faveurs et qui me paraissait difficile à battre. Il faut noter quand même la belle prestation du Lycée organisateur, le lycée Lyautey, qui atteint les demi-finales.

Mais mon propos n’est pas de valoriser un vainqueur mais bien de faire part de l’intérêt d’un tel tournoi. D’abord en terme de développement pour les joueurs car la compétition s’est révélée être de qualité, mais surtout par l’action éducative qui la sous-tend. La présence à la cérémonie d’ouverture du Ministre des sports marocain, et d’autres personnalités locales a donné à cet événement une visibilité que le président du rugby marocain ne manquera pas d’utiliser pour la promotion du rugby chez les jeunes.

Toutes les personnalités présentes, dont Jean-Louis Boujon , vice-président de la FFR, n’ont pas manqué d’évoquer les vertus et valeurs du rugby . Herve Dubes avant de prendre l’avion pour aller arbitrer Clermont-Montpellier, a animé une conférence avec les arbitres locaux sur le thème essentiel « du sens qu’il faut donner aux règles du jeu ». Son discours dépassa la conception traditionnelle de formation qui présente le règlement comme une liste de ce qui est permis et interdit. Mode de faire qui tend à oublier la logique et la cohérence qui les unirent entre elles. Léon Loppy, résidant maintenant au Maroc, est intervenu (avec l’accent de Toulon, son club de toujours) dans les écoles primaires de la ville. Lors de la cérémonie d’ouverture, en présence d’un nombreux public, de tous les joueurs et de leur encadrement, Jean François Tordo est intervenu sur « rugby et développement social » utilisant de belles et significatives images d’une action humanitaire qu’il mène à Madagascar. A la demande des organisateurs, j’ai fait part de ma réflexion sur « les valeurs humaines et éducatives du rugby ».

L’esprit souhaité par monsieur Bernard Lemasle, Proviseur de ce remarquable établissement où l’on accorde au sport et au rugby une place essentielle dans le processus éducatif, se devait de prendre tout son sens sur le terrain de jeu, ce qui fut fait et bien fait.

Toutes les équipes étaient encadrées par leurs professeurs d’EPS respectifs. Ne voyons pas dans mes propos une connotation corporatiste. Mais, je voudrais louer le professionnalisme et les compétences de ces enseignants qui surent parfaitement rentrer dans le cadre éducatif recherché. Ce fut pour moi un véritable bonheur pour l’ex-prof que j’étais il y a maintenant trop longtemps, quand, le comment du partage du jeu et des responsabilités permettait d’aider les joueurs à accroitre leur performance. Autant de comportements et attitudes qui permettent d’accompagner et de réguler le collectif, de faire passer le message sans l’imposer. Ce partage s’accompagne de véritables compétences qui ne font pas pour autant de ces prof/entraineurs des dispenseurs de morale et de citoyenneté. Ils n’oublient pas qu’ils sont là aussi pour faire gagner leur équipe contre des adversaires qui deviennent dans cet esprit des partenaires puisque sans eux, le match n’aurait pas lieu.

Cette façon de rentrer dans l’activité rugby fait émerger les valeurs du rugby et ne dissimulent pas ses contre-valeurs. La progression du joueur, d’une équipe, est indissociable de la qualité de l’enseignement. Dans son action éducative comme dans le cadre de l’accès à la meilleure performance et des résultats, le formateur sera confronté à un niveau d’exigences. Que celles-ci touchent l’éducation ou la course aux résultats, il convient de savoir gérer conjointement les deux. Dans le scolaire ou en club, le public est le même. Il n’est pas utopique de penser, pour ceux qui sont en charge de former en club les rugbymen de tous niveaux, d’entretenir cette relation éducative avec les athlètes puisque les valeurs dans la haute performance et à l’école ne me semblent pas fondamentalement différentes. Pourquoi la pratique compétitive ne donnerait elle pas l’occasion de vivre ces valeurs et de les exploiter pour aller vers une performance plus accomplie ?

Je remercie les profs, non pas de m’avoir fait découvrir un mode d’enseignement mais bien de me rappeler que le pôle éducatif ne doit pas être sous-estimé, en tout cas ne doit pas s’estomper derrière les contraintes de résultats. Ce tournoi en fut l’occasion. L’an prochain, il aura lieu en Espagne. Vu son succès, grâce aussi à l’excellente organisation des profs de Lyautey, il va prendre de plus en plus d’ampleur, il accueillera certainement d’autres pays pour de nouveaux partages et de nouvelles émotions.

RugbyRama.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite