Pourparlers inter-libyens au Maroc: “Nous ne quitterons pas Skhirat sans parvenir à un accord” (président de municipalité)

Le président de la municipalité d’Ajdabia, Salem Jadran, s’est dit “très optimiste” vis-à-vis du présent round des pourparlers politiques inter-libyens qui se tient à Skhirat, notant que “nous ne quitterons pas Skhirat sans parvenir à un accord et parachever le processus de règlement politique global” .

Dans une déclaration à l’agence MAP, vendredi, à l’issue d’une rencontre tenue entre les municipalités libyennes et l’émissaire onusien Bernardino Leon, M. Jadran a indiqué que cet optimisme est partagé également par les autres délégations de municipalités participant à ces négociations.

Revenant sur les principaux points abordés avec M. Leon, M. Jadran a relevé que cette rencontre a été l’occasion de confirmer le début des discussions sur la formation du gouvernement d’entente nationale lors de la prochaine réunion avec l’émissaire onusien.

A cet égard, le président de la municipalité d’Ajdabia a salué l’adhésion du Congrès Général National (CGN) aux pourparlers de Skhirat, laquelle constitue, certes, "un atout et mérite tout notre respect" , ajoutant que les négociations de Skhirat sont l’unique issue à la crise qui secoue le pays.

"Le processus de règlement politique se poursuivra dans tous les cas et nous demeurons convaincus que nous parviendrons à un accord d’ici le 20 février, date limite définie par l’0NU" , a-t-il conclu.

Les pourparlers politiques inter-libyens ont repris vendredi matin à Skhirat en présence des différentes parties belligérantes, y compris le CGN qui n’avait pas pris part aux deux derniers rounds des pourparlers tenus à Skhirat.

Ce nouveau round des pourparlers politiques s’articulera notamment sur la discussion des annexes à l’Accord de Skhirat et sur la formation d’un gouvernement d’entente nationale.

La ville de Skhirat a abrité en juillet dernier le paraphe d’un accord entre les différentes parties présentes, y compris les chefs des partis politiques, qui ont pris part au 6è round des pourparlers politiques inter-libyens sous les auspices de Bernardino Leon, mais en l’absence des représentants du CGN.

Le Maroc abrite depuis mars dernier le Dialogue inter-libyen qui réunit des représentants du Parlement de Tobrouk, du CGN basé à Tripoli, des "indépendants" composés de personnalités civiles, d’intellectuels, de juristes et d’hommes d’affaires en plus de représentants d’associations féminines.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite