“Miracle de Noël” à Washington: le plan de relance renaît

Les aides économiques tant attendues par des millions d’Américains et de petites entreprises pourraient enfin arriver, des élus républicains et démocrates du Congrès ayant présenté lundi une proposition commune et appelé leurs leaders à la faire adopter avant Noël.

Aides aux millions de chômeurs, mesures pour empêcher les expulsions, prêts aux petites entreprises, assistance alimentaire … Au total, 908 milliards de dollars pourraient être débloqués.

“Je pense qu’un miracle de Noël s’est produit à Washington”, a salué la sénatrice républicaine Susan Collins, lundi lors d’une conférence de presse organisée par des élus des deux bords.

“Ils disent que ça n’est pas possible. Mais aujourd’hui (…) un vaccin a été déployé et des républicains et démocrates des deux chambres (du Congrès) ont travaillé ensemble et rédigé un texte”, a salué Josh Gottheimer, élu démocrate à la Chambre des représentants et co-président du comité en charge de trouver des compromis entre les deux partis.

Le compromis, qui avait été dévoilé début décembre et a été formellement présenté lundi après deux semaines supplémentaires de travail pour tenter de trouver un accord, représente en effet un pas important: les négociations patinent depuis le mois de juillet.

Et surtout, l’expiration, au lendemain de Noël, des aides adoptées au printemps dans le gigantesque plan de relance de 2.200 milliards de dollars, risque de laisser au moins 12 millions d’Américains sans revenu du jour au lendemain, selon des études.

 

 “Nous implorons”

Mais la proposition commune entre démocrates et républicains ne signifie pas pour autant que les aides sont en route. Il reste plusieurs étapes avant l’adoption du texte.

Et la plus importante sera de convaincre les responsables des majorités de chacune des deux chambres de mettre cette proposition à l’agenda, afin que les élus puissent voter.

La balle est dans le camp de Nancy Pelosi, cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, et Mitch McConnell, son homologue républicain au Sénat.

“Nous implorons nos responsables des deux côtés, de prendre ce texte et de l’intégrer dans n’importe quelle proposition qui est à l’agenda de cette semaine”, afin que l’adoption puisse être aussi urgente que le nécessite la situation, a déclaré le sénateur démocrate Mark Warner, lors de cette même conférence de presse.

Une fois franchi l’obstacle du Congrès, cette offre devrait être approuvée ensuite par le président sortant Donald Trump.

 

 Proposition scindée

Malgré les compromis trouvés, des désaccords persistent, et la proposition a été scindée en deux parties distinctes: les mesures consensuelles, pour 748 milliards de dollars, et les deux sujets qui posent toujours problème, pour 160 milliards.

Les démocrates demandent en effet une aide aux collectivités locales, dont les revenus ont chuté mais qui supportent de nombreuses dépenses supplémentaires liées au Covid-19.

Quant aux républicains, ils réclament une protection juridique pour les entreprises, universités et écoles, contre d’éventuelles poursuites en cas de contamination au Covid-19 d’un employé ou d’un élève.

“Pour que les médecins et hôpitaux, les écoles, les universités, les petites et grandes entreprises ne soient pas poursuivis parce que les gens ont attrapé le Covid”, a souligné le sénateur républicain Mitt Romney.

Mais les démocrates craignent que cela mette en danger les travailleurs, en incitant les employeurs à ne rien mettre en place pour les protéger.

Outre cette proposition, soutenue par des élus des deux partis, deux autres offres sont aussi sur la table.

L’administration Trump en a formulé une à 916 milliards de dollars, aussitôt rejetée par les chefs de file de l’opposition démocrate, en désaccord avec les mesures qui y sont incluses.

Quant au chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, il privilégie des mesures ciblées, pour environ 500 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite