Le roi Mohammed VI place la relance de l’économie et le renforcement de la protection sociale en tête des défis urgents

Le roi Mohammed VI a appelé vendredi à la “mobilisation générale” face à une crise sanitaire “sans précédent” qui a profondément affecté l’économie du Maroc. Dans son discours au Parlement, le souverain a placé la relance de l’économie et le renforcement de la protection sociale en tête des défis urgents.

“Faire face à cette crise sans précédent, relever les défis qui en découlent requiert une mobilisation nationale générale”, a-t-il dit dans un discours diffusé au Parlement depuis le palais royal, affirmant que le plan de relance économique, qui repose sur le Fonds d’Investissement stratégique, baptisé “Fonds Mohammed VI pour l’investissement”, est placé en tête des priorités de l’étape actuelle, et vise à soutenir les secteurs productifs, notamment le tissu des petites et moyennes entreprises.

Pour ce rendez-vous annuel d’ouverture de la session parlementaire, le souverain a expliqué avoir choisi un “format inédit” de discours à distance du fait des “circonstances exceptionnelles”.

Pour le roi Mohammed VI, le plan repose sur le Fonds d’investissement stratégique “dont nous avons préconisé la création et auquel Nous avons décidé de donner le nom de Fonds Mohammed VI pour l’Investissement”.

Le plan a pour objet de rehausser la capacité des secteurs productifs à investir, à créer des emplois et à préserver les sources de revenu”, a-t-il précisé, soulignant qu’afin de garantir sa réussite, l’accent a été porté sur la nécessité de mener à bien son opérationnalisation dans un cadre contractuel national, impliquant l’Etat ainsi que les partenaires économiques et sociaux et se fondant sur le principe de corrélation entre droits et obligations.

Dans ce cadre, le souverain a rappelé que le soutien apporté aux entreprises marocaines à l’aide du dispositif des prêts garantis par l’Etat a bénéficié à plus de 20 mille d’entre elles, avec un montant avoisinant les 26,1 milliards de dirhams.

Promotion de l’investissement

Dans ce contexte, le roi a souhaité que le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement “joue un rôle de premier plan dans la promotion de l’investissement et le relèvement des capacités de l’économie nationale”, notant que cette structure interviendra pour doter les secteurs productifs du soutien nécessaire et pour financer et accompagner les grands projets envisagés, dans le cadre de partenariats public-privé.

Afin que ce fonds puisse s’acquitter pleinement de sa mission, “nous avons donné nos orientations pour qu’il soit doté de la personnalité morale et des structures managériales adéquates, de manière à ce que, in fine, il s’impose comme un modèle de bonne gouvernance, d’efficience et de transparence”, a-t-il souligné.

Le roi a fait savoir qu’Il a également donné ses directives pour que ce fonds soit doté de 15 milliards de dirhams provenant du budget de l’Etat, ajoutant que l’allocation de ces crédits incitera les partenaires marocains et internationaux à accompagner les interventions du fonds et à contribuer aux projets d’investissement à venir.

L’appui apporté au Plan de relance permettra d’en amplifier l’impact économique, social et environnemental, a précisé le souverain, notant que selon les domaines jugés prioritaires à chaque étape et, en fonction des besoins de chaque secteur, le Fonds s’appuiera, dans ses interventions, sur des fonds sectoriels spécialisés qui lui sont rattachés.

Parmi ces domaines, il a cité la restructuration industrielle, l’innovation et les activités à fort potentiel, les petites et moyennes entreprises, les infrastructures, l’agriculture et le tourisme.

Situation sanitaire préoccupante

Le Maroc a enregistré vendredi un record de contaminations au Covid-19 avec 3.445 nouveaux cas, portant le total des contagions recensées à 146.398, dont 2.530 décès, selon le dernier bilan officiel.

Fin septembre, la Banque centrale marocaine a aggravé ses prévisions de récession pour 2020, tablant sur une contraction de 6,3% liée au “redémarrage plus lent que prévu” des activités et à “la fermeture quasi-totale des frontières” qui a plombé le tourisme, alors que la sècheresse affecte le secteur agricole.

Dans son discours, le roi rappelé les mesures prises – soutien des entreprises en difficulté, fonds d’investissement stratégique doté de 15 milliards MAD (1,4 mds euros), plan de généralisation de la couverture sociale, “nouvelle stratégie agricole” incluant la “mobilisation d’un million d’hectares de terres agricoles collectives”.

Le “nouveau contrat social” prévoit notamment d’ouvrir la couverture médicale de base à 22 millions de bénéficiaires actuellement sans filet, les droits à la retraite pour 5 millions de travailleurs encore exclus du dispositif et des allocations familiales pour trois millions de familles et sept millions d’enfants en âge scolaire, selon ses chiffres.

“Cette crise a révélé un ensemble de dysfonctionnements, de déficits”, a estimé le roi, en appelant les institutions de l’État et les entreprises publiques “à agir comme un levier de développement, et non comme un frein”.

L’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis la mi-mars a été prolongé jusqu’au 10 novembre prochain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite