Gaza: le Hamas condamne des tirs de l’armée égyptienne ayant fait un mort

Le Hamas islamiste palestinien a condamné samedi des tirs de l’armée égyptienne qui ont tué la veille un jeune Gazaoui, pour la première fois “depuis longtemps” dans l’enclave sous blocus, selon le ministère de la Santé à Gaza.

Le porte-parole de ce ministère Achraf al-Qodra avait indiqué vendredi qu’un homme avait été tué dans le sud de la bande de Gaza par des tirs de l’armée égyptienne depuis l’autre côté de la frontière. La victime était âgée selon lui de 17 ans, et non de 23 ans, comme indiqué dans un premier temps.

"Nous condamnons le meurtre de cet enfant, Zaki al-Houbi, par les tirs de l’armée égyptienne à la frontière. Ce qui est arrivé constitue un recours excessif à la force et un dangereux développement", a indiqué samedi le ministère de l’Intérieur du Hamas.

Côté égyptien, des responsables des services de sécurité ont indiqué que l’armée avait tiré sur "des Gazaouis qui s’étaient infiltrés" dans le Sinaï égyptien, frontalier de la bande de Gaza et où l’armée a récemment créé une zone-tampon qui isole un peu plus l’enclave exiguë et surpeuplée, étouffée depuis huit ans par un sévère blocus israélien.

"Les soldats en charge de la protection de la frontière ont tiré sur six Gazaouis, dont trois sont parvenus à repartir vers Gaza tandis que trois autres ont été arrêtés", ont affirmé ces responsables. "L’un d’eux a probablement été blessé par balles".

L’incident est intervenu à Rafah, où se trouve le seul point de passage entre l’Egypte et la bande de Gaza.

Le terminal de Rafah, unique accès à l’enclave palestinienne à ne pas être contrôlé par Israël, a été fermé par l’Egypte il y a plus de deux mois après un attentat suicide ayant tué 30 soldats dans le nord du Sinaï. Il a été rouvert depuis à plusieurs reprises pour de courtes durées.

En début de semaine, l’Egypte, qui accuse des Palestiniens d’aider des jihadistes à commettre des attentats sur son territoire, a annoncé son intention d’élargir de 500 m à un kilomètre sa zone-tampon.

Pour les autorités, cette mesure devrait permettre d’isoler les "terroristes" dans un secteur désert, et d’éliminer les tunnels vers Gaza, principale voie d’approvisionnement des Gazaouis, mais qui seraient également utilisés pour le trafic d’armes et le passage des jihadistes, selon elles.

Dans un incident séparé, un pêcheur gazaoui a été blessé samedi par des tirs de l’armée israélienne au large de Rafah, selon des sources médicales.

Les 4.000 pêcheurs de Gaza sont soumis comme le reste du territoire au blocus qu’impose Israël au nom de sa sécurité. Aux termes d’un accord de cessez-le-feu entre Israël et les Palestiniens mettant fin à la guerre de juillet-août, les pêcheurs de Gaza sont autorisés à opérer dans une bande de six milles nautiques le long des côtes. Les pêcheurs de Gaza se plaignent de fréquentes violations de l’accord de la part de l’armée israélienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite