Financement libyen: Djouhri maintenu en détention en France

La cour d’appel de Paris a confirmé mercredi la détention provisoire de l’homme d’affaires franco-algérien Alexandre Djouhri, incarcéré depuis son inculpation fin janvier dans l’affaire du présumé financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy, a appris mercredi l’AFP de source judiciaire.

L’homme d’affaires de 60 ans, souffrant de problèmes cardiaques, avait été mis en examen (inculpé) par la juge d’instruction financière Aude Buresi, au lendemain de sa remise à la France par les autorités britanniques.

Incarcéré à l’hôpital pénitentiaire de Fresnes, en région parisienne, il a été extrait pour assister à l’audience ce mercredi, à huis clos. Ses avocats n’ont pas fait de déclarations.

Apparu au cœur de versements suspects entre la Libye de Mouammar Khadafi et des proches de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, il est mis en examen pour neuf chefs, dont “corruption active”, “complicité et recel de détournements de fonds publics” ainsi que “blanchiments en bande organisée” de ces infractions.

Réclamé depuis deux ans par la justice française, Alexandre Djouhri avait été arrêté en janvier 2018 à Londres en vertu de mandats d’arrêts européens.

Résident à Genève avant son arrestation, il avait dû être hospitalisé dans la capitale britannique à cause d’une série d’accidents cardiaques, puis assigné à résidence.

Estimant n’avoir pas été convoqué dans les formes, il conteste avoir été en fuite et attaque la validité des mandats d’arrêts devant la justice. L’audience à ce sujet est prévue le 19 mars à la cour d’appel de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite