Donald Trump, climatosceptique assumé, peut casser la dynamique de l’Accord de Paris

Avec l’élec­tion de Do­nald Trump, une pé­riode de forte in­cer­ti­tude s’ouvre sur la po­li­tique cli­ma­tique des Etats-Unis. ” Alden Meyer, le di­rec­teur du groupe de ré­flexion amé­ri­cain Union of Concer­ned Scien­tists (UCS), pré­sent mer­credi 9 no­vembre au Maroc pour la 22e confé­rence cli­mat (COP22), est in­quiet. « Cette an­nonce aura un effet psy­cho­lo­gique in­dé­niable, même si elle ne de­vrait pas blo­quer la ses­sion de tra­vail de Mar­ra­kech », es­time cet ex­pert en stra­té­gie

Do­nald Trump ne fait pas mys­tère de ses po­si­tions cli­ma­tos­cep­tiques. Pour lui, le ré­chauf­fe­ment est une in­ven­tion de la Chine pour af­fai­blir la com­pé­ti­ti­vité amé­ri­caine. Du­rant la cam­pagne, il a pré­venu : « Je vais an­nu­ler l’ac­cord de Paris sur le cli­mat. »" Cet ac­cord, avait dé­noncé le can­di­dat ré­pu­bli­cain lors d’un dis­cours le 26 mai, donne à des bu­reau­crates étran­gers le contrôle sur la quan­tité d’éner­gie que nous pou­vons consom­mer dans notre pays. " Il avait par ailleurs es­timé que les ef­forts pour li­mi­ter le chan­ge­ment cli­ma­tique al­laient « tuer l’em­ploi et le com­merce ».

De quelle marge de ma­nœuvre dis­pose-t-il ? Selon l’ar­ticle 28 de l’ac­cord, chaque par­tie peut se re­ti­rer « à l’ex­pi­ra­tion d’un délai de trois ans à comp­ter de la date d’en­trée en vi­gueur du pré­sent ac­cord ». « La dé­non­cia­tion prend effet à l’ex­pi­ra­tion d’un délai d’un an » à comp­ter de la dé­marche de re­trait. Un délai de quatre ans est donc -né­ces­saire. Si les Etats-Unis dé­ci­daient de quit­ter le cadre des né­go­cia­tions cli­ma­tiques, comme le per­met aussi l’ar­ticle 28, ils de­vraient res­pec­ter le même ca­len­drier de re­trait de l’ac­cord de Paris.

Les Etats-Unis risquent d’af­fai­blir le pro­ces­sus de né­go­cia­tion dont ils avaient le lea­der­ship ces der­nières an­nées. Ba­rack Obama et son se­cré­taire d’Etat, John Kerry, ont eu un rôle dé­ci­sif dans le suc­cès de l’ac­cord de Paris. En 2014, un an avant la COP21, sous leur im­pul­sion, Etats-Unis et Chine s’étaient en­gagé : Wa­shing­ton avait pro­mis de ré­duire de 26 % à 28 % ses émis­sions d’ici à 2025 par rap­port à 2005 et Pékin d’at­teindre son pic d’émis­sions de CO2 en 2030.

Ce vo­lon­ta­risme des deux plus gros émet­teurs mon­diaux de gaz à effet de serre a eu un effet d’en­traî­ne­ment sur les grandes puis­sances émer­gentes. « Les né­go­cia­tions cli­ma­tiques ont été ces der­nières an­nées le point fort de la co­opé­ra­tion entre la Chine et les Etats-Unis. Cette re­la­tion va être plus com­pli­quée », ana­lyse Alden Meyer.

Le coup d’ar­rêt amé­ri­cain pour­rait avoir l’ef­fet in­verse et pa­ra­ly­ser la dy­na­mique des né­go­cia­tions. Les pays plus ré­ti­cents, comme la Rus­sie, les Etats pé­tro­liers du Golfe ou la Tur­quie, pour­raient s’en­gouf­frer dans la brèche. Autre in­con­nue : la fu­ture ad­mi­nis­tra­tion ho­no­rera-t-elle les pro­messes fi­nan­cières faites par Ba­rack Obama ? Le pré­sident sor­tant a en­gagé le pays à ver­ser 3 mil­liards de dol­lars au Fonds vert pour le cli­mat (des­tiné à sou­te­nir les pays du Sud les plus vul­né­rables au ré­chauf­fe­ment). Pour le mo­ment, seuls 500 mil­lions de dol­lars ont été dé­blo­qués.

Sans at­tendre la vic­toire of­fi­cielle de M. Trump, la Chine a mis en garde les Etats-Unis. " Si – les di­ri­geants po­li­tiques – amé­ri­cains ré­sistent à la dy­na­mique ac­tuelle, je ne crois pas qu’ils au­ront le sou­tien de la po­pu­la­tion, et l’éco­no­mie et le pro­grès so­cial du pays se­ront éga­le­ment af­fec­tés ", s’est avancé le chef né­go­cia­teur chi­nois, Xie Zhen­hua.

Sur le plan in­té­rieur, le risque de re­tour en ar­rière est consi­dé­rable. Le « Clean Power Plan » (« plan pour une éner­gie propre ») est plus fra­gi­lisé que ja­mais. Clé de voûte de la po­li­tique cli­ma­tique de Ba­rack Obama, ce pro­gramme vise à ré­duire de 32 % d’ici à 2030 les émis­sions de gaz à effet de serre liées à la pro­duc­tion d’élec­tri­cité, no­tam­ment en sub­ven­tion­nant les éner­gies re­nou­ve­lables pour ac­cé­lé­rer la tran­si­tion. Sus­pendu de­puis fé­vrier en rai­son de la pro­cé­dure in­ten­tée par 27 Etats, ma­jo­ri­tai­re­ment ré­pu­bli­cains, le « Clean Power Plan » est dé­sor­mais dans l’at­tente d’un ar­bi­trage de la Cour su­prême, qui pour­rait lui être fatal.

Do­nald Trump a pro­mis qu’il sup­pri­me­rait l’Agence de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, qu’il re­lan­ce­rait le pro­jet contro­versé d’oléo­duc Keys­tone XL, aban­donné par son pré­dé­ces­seur, et qu’il lè­ve­rait les res­tric­tions à la pro­duc­tion d’éner­gies fos­siles. Les cen­trales à char­bon comptent en­core pour plus de la moi­tié de la pro­duc­tion élec­trique dans qua­torze Etats et pour un tiers dans vingt-cinq autres. Elles re­pré­sentent à elles seules 40 % des émis­sions amé­ri­caines de CO2.

Les ob­ser­va­teurs font va­loir qu’en­tre­prises, col­lec­ti­vi­tés, et même cer­tains Etats sont déjà en­ga­gés dans une tran­si­tion éner­gé­tique, dont la Ca­li­for­nie est le fer de lance. L’Etat amé­ri­cain s’est en­gagé à ré­duire les émis­sions de ses cen­trales de 40 % par rap­port à 1990 d’ici à 2030 et à as­su­rer par des sources re­nou­ve­lables 50 % de son élec­tri­cité à la même date.

« Il y a un énorme mou­ve­ment, dans énor­mé­ment de pays, pour agir, et d’ailleurs l’éco­no­mie qui avance est celle des éner­gies re­nou­ve­lables, des trans­ports propres »,se ras­sure la né­go­cia­trice fran­çaise, Lau­rence Tu­biana.

(Avec Le Monde)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite