Coronavirus: visite surprise de Philippe à Strasbourg

Edouard Philippe est à Strasbourg ce jeudi pour une visite surprise aux hôpitaux universitaires “en première ligne depuis le début de l’épidémie de coronavirus”, a indiqué Matignon à l’AFP.

Le Premier ministre devait ensuite déjeuner à la préfecture du Grand Est et du Bas-Rhin avec la préfète Josiane Chevalier, la directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est Marie-Ange Desailly-Chanson et des élus locaux, selon des sources concordantes.

Les présidents (LR) de la Région Grand Est, Jean Rottner, et du département du Bas-Rhin, Frédéric Bierry ainsi que le maire socialiste de Strasbourg Roland Ries ont été conviés à ce déjeuner, a-t-on précisé de mêmes sources.

En fin de matinée, le Premier ministre s’est rendu à Hôpital civil de Strasbourg, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Il devait y rencontrer “le personnel de la cellule de crise (…) afin d’échanger sur l’organisation du CHU face à la crise et faire un point sur les capacités en réanimation du CHU, le nombre de malades et de nouveaux admis”, alors que l’épidémie semble avoir atteint un plateau, selon Matignon.

Edouard Philippe devait participer “ensuite à une réunion avec la cellule de coordination du Groupement hospitalier du territoire, pour échanger sur la coordination des établissements publics et privés du territoire, sur le maintien d’une capacité importante en réanimation et sur le retour progressif en soin des patients” non infectés par la maladie.

Ce déplacement, auquel la presse n’a pas été conviée, est le premier de M. Philippe depuis le début du confinement mi-mars.

Dans l’après-midi, le Premier ministre doit également réunir par visioconférence les présidents de régions afin notamment d’aborder “la préparation de la stratégie de déconfinement”, selon Matignon.

Emmanuel Macron s’était lui aussi rendu dans le Grand-Est, à l’hôpital de campagne installé par l’armée près de Muhouse (Haut-Rhin) fin mars, afin d’afficher son soutien à un territoire frappé de plein fouet par la pandémie.

Parmi ses déplacements sur le terrain depuis un mois, le chef de l’Etat s’était aussi rendu le 9 avril à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et le même jour à Marseille auprès du controversé professeur Didier Raoult, sans la presse à chaque fois.

Mercredi, le chef de l’Etat avait indiqué lors d’un déplacement en Bretagne que les modalités du déconfinement pourraient être variables “selon les secteurs d’activité ou selon les régions”, la Région Grand Est, l’un des principaux foyers de l’épidémie en France, suscitant de nombreuses interrogations à ce propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite