Avant son discours sur les séparatismes, Macron rencontre Moussaoui sur les attentes du culte musulman

 Emmanuel Macron, a reçu ce vendredi 25 septembre 2020 au palais de l’Elysée, Mohammed Moussaoui, président du CFCM, et Ibrahim ALCI, vice-président de de cette instance, l’occasion de passer en revue les principaux dossiers du culte musulman ainsi que “l’esprit dans lequel se prépare le projet de loi contre les séparatismes pour la lutte contre les dérives extrémistes qui menacent l’unité nationale et dont certaines instrumentalisent la religion musulmane”.

LE CFCM a fait état de la réforme en cours, notamment sur trois domaines : son organisation territoriale avec la création des Conseils départementaux du Culte Musulman (CDCM), la formation des imams et des aumôniers ainsi que de leurs statuts, les pistes de financement français du culte musulman, la lutte contre le radicalisme se réclamant de l’islam et la lutte contre les actes antimusulmans, indique M. Moussaoui dans un communiqué.

“Le président Macron s’est montré très favorable à la création des Conseils départementaux du culte musulman qui permettront davantage de proximité avec les acteurs du terrain et une meilleure gestion de dossiers de culte avec les Préfectures, les Mairies et les départements”, souligne le président du CFCM.

La formation des imams et aumôniers français, une des priorités des responsables du culte Musulman et des pouvoirs publics, a également fait l’objet d’une discussion approfondie notamment sur les moyens à mettre en place pour que les différents cursus de formation soient harmonisés.

“La certification de ces formations et de leurs lauréats est un enjeu majeur dans la lutte contre les dérives extrémistes”, relevé M. Moussaoui.

Lors de cette rencontre, le CFCM est revenu sur les difficultés que rencontrent certains musulmans pour inhumer leurs défunts, notamment en plein pandémie de COVID-19.

Le président Macron s’est engagé à favoriser le dialogue des responsables musulmans avec les maires afin d’aboutir à des solutions conformes au droit en vigueur”, poursuit le communiqué.

Sur le financement du culte musulman, le CFCM a plaidé pour une évolution règlementaire permettant aux associations gestionnaires de lieux de culte de gérer d’une façon proportionnée et encadrée des immeubles de rapport. Cette piste permettra par un apport des fidèles de donner aux lieux de culte les moyens d’accomplir leur mission en autonomie.

Pour la lutte contre les actes antimusulmans, l’instance du culte musulman  a réitéré sa demande de création d’une commission d’enquête parlementaire pour permettre aux représentants de la nation de se pencher sur ce fléau et d’enquêter sur les motivations des individus et organisations qui le nourrissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite