Ankara sans informations sur les circonstances du crash d’un avion de chasse ni sur le sort de ses deux pilotes

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué qu’aucune "information sûre" au sujet des circonstances de la chute de l’avion de chasse de l’armée de l’air turque et du sort de ses deux pilotes n’est disponible dans l’immédiat, les détails de cet incident devant être communiqués officiellement après la réunion de crise convoquée pour ce soir à Ankara.

Dans une déclaration à la presse à son arrivée à Ankara en provenance du Brésil où il a pris part aux travaux de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, M. Erdogan a précisé que des opérations de recherche conjointes avec les autorités syriennes sont en cours pour retrouver les deux pilotes de l’avion, un F-4 perdu au large de la côte sud-est, près de la frontière syrienne.

Cité par l’Agence de presse ”Anatolie”, M. Erdogan a démenti les informations selon lesquelles les deux pilotes seraient détenus par les Syriens, ajoutant qu’il n’y a aucune information sur des excuses qu’auraient présentées Damas à Ankara suite à cet incident.

L’Etat-major des forces armées turques a annoncé, vendredi, avoir perdu le contact radar et radio avec un de ses avions de chasse qui survolait le sud de la province de Hatay sur la Méditerranée près de la Syrie.

"Le contact radar et radio avec un de nos avions qui avait décollé à 10h30 (07h30 GMT) de Malatya (Est de la Turquie) a été coupé à 11h58 en mer au sud-ouest de la province de Hatay (sud)", près de la Syrie, a indiqué l’Etat-major dans un communiqué publié sur son site Internet.

Suite à cet incident, le Premier ministre turc a convoqué une réunion de crise avec le chef de l’Etat-major des armées et plusieurs ministres ce soir à Ankara.

Selon "Anatolie", cette réunion verrait la participation du chef de l’Etat-major, le général Necdet Ozel, le ministre de l’Intérieur, Idris Naim Sahin, le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, le ministre de la Défense, Ismet Yilmaz, et le chef des services secrets, Hakan Fidan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite