Une femme à la tête des services secrets, une première en Espagne

Le gouvernement espagnol a confirmé, vendredi, la nomination de Mme Paz Esteban López à la tête du Centre national d’intelligence (CNI).

Mme Esteban Lopez devient ainsi, “la première femme de l’histoire de la démocratie espagnole à assumer cette responsabilité », souligne la présidence du gouvernement espagnol dans un communiqué.

Elle occupait le même poste par intérim depuis juillet dernier après le départ à la retraite de Félix Sanz Roldán.

Le CNI, relevant du ministère de la Défense, “coordonne le travail de quelque 3.500 personnes” afin de “faciliter l’action du chef du gouvernement et du gouvernement d’Espagne pour donner des réponses nécessaires aux nouveaux défis aux niveaux national et international”.

Née en 1958, Paz Esteban López avait intégré en 1983 le Centre supérieur d’information de la Défense (Cesid), le prédécesseur du CNI.

Paz Esteban López, spécialiste de la politique internationale, succède ainsi formellement au général Félix Sanz Roldán dont elle avait repris le poste par intérim l’an dernier. Née en 1958, Paz Esteban López a fait toute sa carrière dans le renseignement. Elle était entrée en 1983 au Centre supérieur d’information de la Défense (Cesid), le prédécesseur du CNI.

Ce choix du nouveau gouvernement espagnol, investi en janvier, succède à une série de nomination féminine à la tête de grands corps de l’État. Une femme a aussi été nommée pour la première fois à la tête de la Garde civile espagnole, corps de police à statut militaire, en janvier. Arrivé au pouvoir en juin 2018, Pedro Sanchez a fait du féminisme un des piliers de l’action de son gouvernement, qui compte actuellement autant de femmes que d’hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite