Un organisme algérien condamne “l’ingérence immorale” de la France en Libye

Une organisation algérienne de défense des droits de l’homme, proche du pouvoir, a condamné dimanche "l’ingérence immorale" de la France en Libye, dans un communiqué, cité par l’agence de presse algérienne APS.

"L’ingérence française en Libye contre le colonel Kadhafi et son régime est condamnable et immorale" (…) surtout sous "le prétexte de la démocratie contre la dictature et celui de la liberté contre l’arbitraire", a affirmé la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme en Algérie (CNCPPDH).

Cet organisme dénonce ces "prétextes" comme "inexacts et mensongers lorsque l’on sait la détermination avec laquelle la France continue à combattre la liberté des peuples comme en Palestine et au Sahara occidental".

Le président français Nicolas Sarkozy a été le fer de lance de l’opération internationale en Libye menée depuis mars dernier.

La CNCPPDH affirme encore que "la France se comporte comme un Etat de droite et non pas comme un Etat de Droit comme s’emploient à le faire croire certains officiels" et que "cette réalité incontournable" détermine "toute la politique africaine et moyen-orientale" de Paris.

"Il a été mené en Libye, par le fer et par le feu, une opération politique et commerciale qui n’a strictement rien à voir avec la démocratie et la délivrance humanitaire", poursuit cette organisation.

L’Algérie a accueilli fin août "pour des raisons humanitaires" trois enfants de Kadhafi, sa fille Aïcha, ses fils Mohamed et Hannibal et sa seconde épouse Safia.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite