Trophée des champions: le PSG prend sa revanche, Pochettino est lancé

Le Paris SG, grâce à Mauro Icardi et Neymar, a pris sa revanche contre Marseille (2-1) pour remporter le Trophée des champions, mercredi à Lens, premier titre de l’ère Mauricio Pochettino.

Si la pluie porte bonheur aux mariés, alors l’union entre “Poche” et le PSG promet d’être fructueuse, au vu des trombes d’eau qui sont tombées durant la soirée.

Le technicien argentin, arrivé début janvier, a perpétué une habitude maison, avec ce 8e Trophée des champions consécutif qui rassure un club en manque de repères cette saison.

Malmenés en championnat, critiqués pour leur jeu parfois insipide, les Parisiens ont retrouvé un semblant de normalité, au moment de soulever le 26e trophée de l’ère QSI démarrée en 2011.

Leur bruyante célébration collective, qui tranchait dans le silence du stade Bollaert à huis clos, en disait long sur leur soulagement.

Relancer le rouleau-compresseur, c’était justement l’objectif assigné à Pochettino qui a célébré le premier titre de sa carrière d’entraîneur aux côtés de son fidèle staff.

Battre le rival marseillais est d’autant plus symbolique que le “Clasico” perdu au Parc des Princes (1-0), il y a quatre mois, avait auguré de l’automne compliqué qui allait être fatal à son prédécesseur Thomas Tuchel.

Cette fois, ses joueurs ont maîtrisé leur sujet et leurs nerfs, comme l’avait demandé “Poche” qui a fait du contrôle des émotions l’un de ses premiers axes de travail.

Balayés le mauvais souvenir de septembre, le début de bagarre générale, les accusations d’injures racistes et homophobe, les cinq cartons rouges. Il est resté une équipe solide, qui n’a laissé que peu d’espaces à l’OM.

Les joueurs d’André Villas-Boas visaient leur premier trophée depuis la Coupe de la Ligue 2012.

Mais ils ont manqué de tranchant, à l’image de Florian Thauvin (54e), Duje Caleta-Car (59e) ou Valentin Rongier (75e) qui auraient pu faire payer aux Parisiens leur entame moyenne de seconde période, à nouveau.

La réduction du score par Dimitri Payet (89e) est arrivée trop tardivement pour cette équipe qui a été “la meilleure”, selon son entraîneur André Villas-Boas, satisfait de l’attitude de ses joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite