Syrie: la menace de frappes occidentales maintenue malgré le veto de Moscou

Les Occidentaux maintiennent intacte leur détermination à riposter fermement à l’attaque chimique présumée imputée au régime de Bachar al-Assad et faisaient toujours planer mercredi la menace de frappes militaires en Syrie après un veto russe à l’ONU.

La confrontation entre les Etats-Unis et la Russie sur le dossier syrien s’est durcie: Moscou, soutien indéfectible de Damas, a opposé mardi son veto au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain visant à créer un mécanisme d’enquête indépendant sur le recours aux armes chimiques en Syrie.

Mais en face, les Occidentaux, Etats-Unis et France en tête, ont redoublé de détermination après avoir déjà fait clairement planer la menace de représailles militaires.

"La France mettra tout en oeuvre contre l’impunité chimique", a assuré l’ambassadeur français François Delattre. Elle annoncera "dans les prochains jours" la "décision" sur sa riposte, en coordination avec les alliés américain et britannique, a précisé à Paris le président Emmanuel Macron.

S’inscrivant dans cette fièvre diplomatique, Donald Trump et la Première ministre britannique Theresa May sont aussi "tombés d’accord", lors d’une conversation téléphonique, "pour ne pas laisser l’usage d’armes chimiques se poursuivre", a rapporté la Maison Blanche.

Le président américain, qui avait lui promis lundi une décision "très bientôt", a annulé un déplacement prévu en fin de semaine au Pérou afin de continuer à gérer le dossier syrien, renforçant le sentiment d’une action imminente.

Au Conseil de sécurité, deux projets concurrents présentés mardi par les Russes n’ont pas réuni suffisamment de voix pour être adoptés.

L’ambassadeur de Russie aux Nations unies, Vassily Nebenzia, a justifié le 12e veto russe en sept années d’un conflit qui a fait plus de 350.000 morts, par la volonté de "ne pas entrainer le Conseil de sécurité dans des aventures".

Et la Russie, dont les troupes sont sur le sol syrien, a prévenu qu’une intervention militaire américaine serait "très, très dangereuse".

L’Organisation internationale sur les armes chimiques (OIAC), un organisme dont le mandat est d’enquêter sur une attaque présumée mais qui n’a pas la responsabilité d’en identifier les responsables, a annoncé mardi l’envoi "sous peu" d’une équipe en Syrie pour faire la lumière sur ce qui s’est passé à Douma.

Selon les Casques Blancs, les secouristes en zones rebelles, et l’ONG médicale Syrian American Medical Society, plus de 40 personnes ont été tuées samedi dans ce dernier bastion rebelle dans la Ghouta orientale aux portes de Damas, tandis que plus de 500 blessés ont été soignés, notamment pour des "difficultés respiratoires".

L’OIAC a été invité par Damas, qui, comme Moscou, nie l’existence d’une telle attaque chimique. Selon des diplomates, cela pourrait permettre au pouvoir syrien de retarder d’éventuelles frappes occidentales.

Mais tout en saluant l’envoi d’experts, Washington a tenu à ne pas lier leur enquête à la riposte américaine.

"Les Etats-Unis ont leurs propres mécanismes", "nous savons qu’un produit chimique a été utilisé même si nous ne savons pas avec certitude lequel", a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite