Ségolène Royal plaide pour la justice climatique en faveur de l’Afrique

La présidente de la COP21 et ministre française de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, Ségolène Royal, a appelé, lundi à Marrakech, à concrétiser “la justice climatique, surtout pour l’Afrique”.

"Je demande, une nouvelle fois, la justice climatique, surtout pour l’Afrique", a lancé Mme Royal, lors de l’ouverture de la 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22).

Elle a salué, dans ce sens, le discours de SM le Roi Mohammed VI, prononcé depuis Dakar à l’occasion du 41ème anniversaire de la Marche verte, dans lequel le Souverain a tenu à ce que la COP22 soit celle de l’Afrique.

"Ayant conscience que l’Afrique compte parmi les régions les plus affectées par les changements climatiques, Nous avons tenu à ce que la Conférence sur le climat, dont les travaux démarreront cette semaine à Marrakech, soit une conférence pour l’Afrique", avait notamment souligné SM le Roi.

Selon Mme Royal, la justice climatique consiste à assurer les financements et le transfert des technologies à ce continent qui "subit le plus les impacts des changements climatiques, surtout la désertification".

L’Afrique est également appelée à faire face aux enjeux de sa croissance démographique qui va croître d’ici 2020, a-t-elle indiqué, précisant que les 10 milliards de dollars destinés à soutenir le développement des énergies renouvelables à l’échelle du continent, s’avèrent une "décision prise par les Africains et pour les Africains".

Elle s’est félicitée, dans ce sens, des initiatives lancées par le Maroc en matière d’adaptation aux changements climatiques, notamment la volonté du Royaume d’utiliser 52% des énergies renouvelables à l’horizon 2030 et la construction de la Centrale solaire Noor à Ouarzazate.

La présidente de la COP21 a, à cet effet, exprimé ses remerciements à SM le Roi Mohammed VI et au gouvernement marocain pour l’organisation de cet événement qu’elle a qualifié de "moment historique" dans le combat climatique.

"L’année, qui s’est écoulée, a été la plus chaude" et avait été marquée par des fontes glaciales et d’autres phénomènes climatiques, a-t-elle averti, exhortant les pays qui n’ont pas encore ratifié l’Accord de Paris à l’entériner avant la fin de l’année.

Mme Royal, qui a mis l’accent sur la nécessité de lutter pour les causes du climat et de la femme, a fini son allocution de la séance d’ouverture par un appel solennel à la mobilisation en faveur du climat.

La COP22/CMP12/CMA1, dont les travaux se poursuivront jusqu’au le 18 novembre, doit opérationnaliser l’Accord de Paris sur le climat, entré en vigueur le 4 novembre, et accélérer l’action avant 2020 pour réduire l’impact des changements climatiques, tout en respectant les droits humains énoncés dans l’accord.

Cette Conférence sera l’occasion de traiter de plusieurs thématiques relatives, notamment à l’agriculture, la sécurité alimentaire, l’énergie, les forêts, l’industrie, le transport et l’eau.

Cet événement planétaire se déroule dans le village Bab Ighli, qui s’étend sur une superficie de près de 300.000 m² et connaît la participation de 20.000 délégués de 196 pays (197 Parties).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite