Rajoy: l’Espagne sans gouvernement, une “situation absurde”

Le fait que l’Espagne reste sans gouvernement après deux élections législatives est une “situation absurde” face à laquelle les partis doivent faire preuve de responsabilité et de bon sens, a déploré samedi le chef du Parti populaire (PP), Mariano Rajoy.

Dans une déclaration à la presse, M. Rajoy qui a été chargé par le roi Felipe VI de former un gouvernement après que le PP eut arrivé en tête des élections, sans disposer de la majorité absolue, a mis en garde contre le risque d’aller vers un nouveau scrutin, le troisième en un an, si son investiture est rejetée au parlement.

Le chef du gouvernement sortant, qui expédie les affaires courantes, a notamment appelé le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) à revenir sur ses positions et faciliter la formation du nouveau cabinet, dans l’intérêt de l’Espagne.

"Dire non a tout fait peu de sens", a-t-il lancé, faisant allusion aux déclarations du secrétaire général du PSOE, Pedro Sanchez, qui a réaffirmé vendredi l’intention de son parti de voter non seulement contre l’investiture de Rajoy, ce qui laisse peu de chances à l’investiture d’un gouvernement mené par le PP, mais également contre le projet du budget 2017.

"Le PSOE est un parti de gouvernement. Il a gouverné à plusieurs reprises et son vote est aujourd’hui nécessaire pour que l’Espagne ait un gouvernement", a ajouté M. Rajoy.

Le débat d’investiture commencera le 30 août et sera suivi d’un premier vote le 31, durant lequel M. Rajoy a besoin de s’assurer la majorité absolue des voix des députés. Dans le cas contraire, un deuxième vote sera organisé 48 heures après, soit le 2 septembre, durant lequel l’investiture peut être approuvée à la majorité relative.

Le PP a remporté les élections législatives du 26 juin avec 33 pc des suffrages et 137 élus, mais reste loin de la majorité absolue (176 sièges) lui permettant de gouverner seul. La formation du nouveau cabinet dépend d’une entente avec les autres partis, en particulier le PSOE et le parti centriste Ciudadanos.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite