Nicolas Sarkozy condamné à un an de prison dans l’affaire Bygmalion

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été déclaré coupable, mardi, de financement illégal de sa campagne de 2012, dans l’affaire dite “Bygmalion” portant sur le financement de sa campagne présidentielle en 2012.

Nicolas Sarkozy n’ira pas en prison. Sa peine sera directement aménagée, a précisé le tribunal. L’avocat de l’ancien président a annoncé qu’il allait faire appel.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné M. Sarkozy à un an de prison ferme avec bracelet électronique, dans cette affaire liée aux dépenses électorales. Le coût de la campagne était, selon l’accusation, d’au moins 42,8 millions, soit près du double du plafond légal à l’époque.

Après cinq semaines d’audiences en mai-juin dans le dossier Bygmalion, le parquet a requis contre Nicolas Sarkozy un an de prison, dont six mois avec sursis, soit la peine maximale.

Contrairement à ses 13 coprévenus (anciens cadres de la campagne et de l’UMP – devenue LR – ainsi que de la société Bygmalion, qui a organisé les meetings), Nicolas Sarkozy n’est pas mis en cause pour le système de double facturation imaginé pour masquer l’explosion des dépenses de campagne autorisées, rappelle la même source.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite