Musée Mohammed VI: une exposition inédite en hommage à Jilali Gharbaoui

Le musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat, a ouvert lundi, une exposition inédite en hommage à Jilali Gharbaoui, précurseur de l’abstraction lyrique et gestuelle et l’un des fondateurs de la modernité artistique au Maroc.

Fruit d’une collaboration institutionnelle entre la Fondation Nationale des musées (FNM), la fondation Al Mada et le groupe Attijariwafa Bank, cette exposition événement, intitulée “Gharbaoui : L’envol des racines”, réunit plus de 70 oeuvres retraçant la carrière prolifique de l’artiste, qui puise ses racines dans l’ambiance artistique des années 50 et 60.

Elle sera ouverte au public du 23 septembre au 8 février 2021.

L’exposition est enrichie par une chronologie retraçant la vie de Jilali Gharbaoui, parti très jeune à l’âge de 41 ans (1971), et d’une documentation issue de la vie artistique et personnelle du peintre, notamment des archives de presse, des catalogues, ses dessins d’expositions, des projets de livre et des notes.

Cette rétrospective jette la lumière sur les œuvres picturales de ce créateur, qui laisse toute la liberté à l’imprévu des matières et à l’aléatoire du geste, avec des traits répétés à l’aide d’une pointe, signature singulière de l’artiste dénotant une certaine dérision.

Pour le président de la FNM, Mehdi Qotbi, malgré la pandémie du coronavirus”, la culture doit demeurer, car elle est “l’essence même de la vie”.

Dans une déclaration à la MAP à l’occasion de l’inauguration de l’exposition, M. Qotbi a indiqué que “Gharbaoui et (l’artiste peintre Ahmed) Cherkaoui, sont les deux plus grands artistes marocains. Ceux qui ont insufflé la modernité d’un héritage exceptionnelle de couleurs et de gestes”.

En cette période difficile, a-t-il poursuivi, “nous avons besoin de lumière et des couleurs que Gharbaoui nous offre aujourd’hui”, qui s’est toujours “battu pour la modernité et pour qu’on le regarde avec les yeux d’un grand artiste”.

M. Qotbi s’est dit particulièrement “ému” par cette exposition, qui lui rappelle aussi le rôle que le défunt Gharbaoui avait joué dans sa propre trajectoire  d’artiste.

Dans un commentaire de Gharbaoui, exposé parmi les documents retraçant sa vie, l’artiste se remémore son retour au Maroc en 1956, où il avait exposé quelques affiches à Rabat et à Tanger. Les spectateurs, poursuit le témoignage, “étaient ébahis. Ils se sont regroupés autour des affiches, bouche bée… C’était quelque chose de nouveaux pour eux. J’insiste donc sur le fait que le Maroc a connu l’abstraction en peinture avec moi, puis avec Cherkaoui après moi… Quant à l’abstraction d’une façon générale, elle a bien entendu été apportée par les arts décoratifs islamiques et l’architecture”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite