Mélenchon dénonce une “sortie hasardeuse” du confinement après une “gestion calamiteuse”

Le chef de file des députés LFI Jean-Luc Mélenchon a brocardé mardi le plan de déconfinement présenté par Edouard Philippe, vu comme “une sortie hasardeuse” après “une gestion calamiteuse” de l’épidémie, pronostiquant une “deuxième vague inéluctable”.

“Nous n’allons pas voter ce qui nous est proposé (…) Nous ne partageons ni vos diagnostics ni le système d’action que vous avez choisi”, a lancé M. Mélenchon au chef du gouvernement, depuis la tribune de l’Assemblée.

Face au coronavirus, “ordres et controdres se sont succédé”, notamment sur le port du masque, tant et si bien que s’est brisé le ressort fondamental de la lutte: la confiance”, selon M. Mélenchon.

“Celui qui a pris toutes ces décisions”, Emmanuel Macron, “lui doit en être tenu pour responsable”, d’après l’ancien candidat à la présidentielle.

“Nous voici rendus après une gestion calamiteuse à une sortie hasardeuse”, alors qu'”il faut planifier, et non pas croire que le libre marché va suffire à remplir les conditions qu’il faut remplir”, selon le patron des Insoumis.

“Voici venu le moment des injonctions odieuses”: notamment “les enfants doivent-ils aller à l’école obligatoire, le 11 mai, ou bien sur la base du volontariat ?”, a demandé M. Mélenchon.

“La deuxième vague de l’épidémie est inéluctable, le deuxième pic est inéluctable et il sera d’autant plus violent que les conditions n’auront pas été réunies pour réussir” le déconfinement, a-t-il prédit avec emphase.

Invité par le président de l’Assemblée Richard Ferrand (LREM) à terminer son intervention, M. Mélenchon a répondu “j’achève”. “C’est nous que vous achevez”, a alors soufflé M. Ferrand.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite