Les Maliens se sont rendus aux urnes la peur au ventre pour élire leurs députés

Crainte du coronavirus et de la menace jihadiste: les électeurs maliens se sont rendus aux urnes en ordre clairsemé dimanche pour élire leurs députés au cours de législatives pourtant à fort enjeu.

Aucun chiffre officiel de participation n’était disponible peu après la fermeture des bureaux de vote en début de soirée, mais les constatations des correspondants de l’AFP et des observateurs laissent à penser qu’elle sera faible.

“Ici nous sommes sans électricité, on va chercher des torches pour faire le dépouillement. Ça ne va pas prendre trop de temps parce qu’il n y a pas eu beaucoup de votants”, a confié le président d’un bureau de la commune IV de Bamako, Sambala Sissoko.

Reportées à plusieurs reprises, ces élections doivent permettre de renouveler les 147 sièges du Parlement. Les premières tendances ne sont pas attendues avant plusieurs jours. Un second tour est prévu le 19 avril.

La campagne, sans engouement, et le scrutin se sont déroulés dans un contexte délétère: apparition du coronavirus et violences jihadistes et intercommunautaires persistantes, malgré la présence de forces françaises, sahéliennes et de l’ONU.

Le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, a été enlevé à quelques jours de l’élection alors qu’il faisait campagne dans son fief électoral de Niafounké, près de Tombouctou (nord). On était toujours sans nouvelle de lui dimanche soir.

Il est vraisemblablement aux mains de jihadistes se revendiquant d’Amadou Koufa, chef de l’une des branches de la principale alliance jihadiste du Sahel, affiliée à Al-Qaïda, selon un élu et une source sécuritaire.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta a promis dimanche de “ne ménager aucun effort pour obtenir sa libération”. Il a également salué la “maturité” du parti de Soumaïla Cissé, qui avait appelé à une “participation massive”.

Dimanche matin, le Premier ministre Boubou Cissé espérait plus modestement un taux de participation “suffisamment satisfaisant”.

Beaucoup d’électeurs se sont méfiés, en particulier du coronavirus qui a contaminé une vingtaine de personnes et fait samedi sa première victime dans le pays, longtemps épargné.

S’ils sont allés voter, c’est “la peur au ventre”, comme l’a dit à Bamako un enseignant de 34 ans, Souleymane Diallo.

“Ils nous demandent d’aller voter alors qu’on utilise tous le même stylo et la même encre. Il n’y a pas un mètre entre les gens”, pestait Amadou Camara, qui a préféré s’abstenir.

“Si dans certains centres, le matériel a permis de respecter les mesures sanitaires, il est clair que dans de nombreux autres, les gestes barrière n’ont pas été respectés et le dispositif n’était pas en place pour se laver les mains”, a affirmé Aminata Touré, de l’ONG “Travaillons pour un Mali propre”.

L’armée accrochée

Comme il fallait le craindre, le scrutin n’a pas pu se tenir dans les parties du territoire en proie à des violences quasi quotidiennes, qui ont débordé ces dernières années sur le Niger et le Burkina Faso voisins. Sur 12.500 bureaux, 274 sont restés fermés, selon le ministère de la Sécurité.

Les Forces armées maliennes ont dit sur Twitter avoir été “accrochées dans une embuscade” à Mondoro, près de la frontière avec le Burkina, où elles avaient déjà été visées trois fois par les jihadistes depuis septembre, subissant de lourdes pertes.

Cette fois, les militaires affirment avoir “neutralisé cinq terroristes” et récupéré trois motos et de l’armement, sans enregistrer de victime. Ils ont également indiqué avoir interpellé “19 personnes en possession de 10 urnes (…) destinées à des opérations frauduleuses” à Tombouctou (nord).

A Mopti, au coeur du centre du Mali particulièrement meurtri ces dernières années, il n’y a “pas vraiment eu d’affluence”, a dit le président d’un bureau, Amadou Dicko. “Le coronavirus et l’insécurité ont chassé les électeurs”.

A Tombouctou, les centres de vote étaient sécurisés par l’armée malienne, mais un président de bureau a été “enlevé par des hommes armés”, selon une source proche du gouvernorat.

Le mandat de l’assemblée issue des élections de 2013, qui avaient octroyé une majorité substantielle au président Keïta, devait s’achever en 2018.

Les enjeux de son renouvellement sont importants, selon des experts, pour qui il s’agit de faire enfin progresser l’application de l’accord de paix d’Alger.

Cet accord a été signé en 2015 entre les autorités et les groupes armés indépendantistes, notamment touareg, qui avaient pris les armes en 2012. Il ne concerne pas les groupes jihadistes. Mais sa mise en oeuvre est considérée comme un facteur essentiel d’une sortie de crise, à côté de l’action militaire.

Il prévoit plus de décentralisation via une réforme constitutionnelle. Certains opposants estiment que la réforme ne peut être adoptée par l’Assemblée actuelle car celle-ci est jugée par beaucoup “légale mais plus légitime”, selon Bréma Ely Dicko, sociologue à l’université de Bamako.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite