Les fils Trump, arc-boutés derrière leur père esseulé

Alors que les alliés de Donald Trump restaient muets ou prenaient leurs distances jeudi avec le président américain, esseulé dans son combat contre une soi-disant “fraude” généralisée au scrutin pour la Maison Blanche, ses fils lui ont témoigné jeudi leur soutien massif.

Donald Trump Jr, le fils aîné, a appelé son père à mener “une guerre totale” contre les tricheries entachant selon lui la présidentielle, dans un tweet incendiaire trahissant selon certains un début de panique face aux chances grandissantes de Joe Biden de l’emporter .

“La meilleure chose à faire pour l’avenir de l’Amérique est que Donald Trump mène une guerre totale concernant cette élection pour mettre en évidence toutes les fraudes, les tricheries, les électeurs décédés ou ayant quitté l’Etat, qui durent depuis beaucoup trop longtemps ‘, a tweeté de Donald Trump Junior., connu pour relayer des thèses conspirationnistes.

“Il est temps de faire le ménage et d’arrêter de ressembler à une république bananière”, at-il ajouté.

“Où sont les républicains? Soyez courageux, battez-vous contre cette fraude “, a de son côté lancé Eric Trump, le deuxième fils du milliardaire, sans susciter la moindre réaction notable au sein du Grand Old Party.

De fait, Donald Trump Jr. a semblé s’inquiéter , dans d’autres tweets, d’un “d’un “lâchage” de son père par les républicains.

Il a notamment déploré, sur Twitter, “le manque total d’actions de quasiment tous les républicains qui pourraient candidater à la présidentielle 2024” – à l’exception du gouverneur de Floride Ron DeSantis.

Et retweeté un message soulignant le silence, au cours des dernières 24 heures, du sénateur républicain Lindsey Graham, habituellement un pilier du camp Trump.

Gagner sauf si on lui “vole” l’élection

Donald Trump a répété jeudi qu’il allait gagner l’élection présidentielle américaine, que les démocrates essaient de lui “voler”, a-t-il de nouveau accusé, sans aucun élément concret à l’appui.

“Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement. Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent essayer de nous voler l’élection”, a dit le président américain lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, après s’être déjà déclaré vainqueur dans la nuit de mardi à mercredi.

“Malgré l’interférence, jamais vue dans une élection, des grands médias, du monde des affaires et des géants de la tech, nous avons gagné avec des scores historiques et les sondeurs se sont délibérément trompés”, a-t-il poursuivi.

“Il n’y a pas eu la vague bleue (la couleur du parti démocrate) annoncée”.

Dans un discours tranchant avec la brève allocution, plus tôt dans la journée, de son adversaire Joe Biden, Donald Trump a déroulé le même argumentaire que lors de sa première intervention au soir du 3 novembre, sans apporter de preuves de ses accusations de fraude électorale.

“Nous ne pouvons permettre à personne de museler nos électeurs et de fabriquer les résultats”, a-t-il encore dit. “J’ai le sentiment que la justice devra trancher en fin de compte”.

Le président semble de plus en plus isolé au sein de son parti républicain, alors que le décompte des votes se poursuivait mercredi dans plusieurs Etats.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite