Les dirigeants du G8 font rimer croissance et rigueur budgétaire

Réunis samedi à Camp David (Maryland), les dirigeants des huit pays les plus riches de la planète ont plaidé pour une zone euro “forte et unie” qui inclut la Grèce. Et ils se sont engagés à “encourager la croissance” tout en luttant contre les déficits. Ce G8 était également la première sortie internationale du Président François Hollande.

Les dirigeants du G8 font rimer croissance et rigueur budgétaire
Notre impératif est d’encourager la croissance et les emplois", affirment les dirigeants du G8 dans le communiqué final, à l’issue du sommet de Camp David (Maryland, Etats-Unis), la résidence de campagne des Présidents américains. Si "le rétablissement de l’économie mondiale montre des signes prometteurs, des vents contraires importants persistent", tempèrent les dirigeants des huit pays les plus riches de la planète.

Affirmant leur détermination à "prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer et revigorer nos économies", ils reconnaissent aussi que les mesures à prendre "ne sont pas les mêmes" pour tous, signe de leurs différences de stratégie pour lutter contre la crise. La crise de la dette dans la zone euro divise les partisans de davantage de relance et ceux de la rigueur.
Néanmoins, les notions de croissance et de lutte contre les déficits figurent dans le communiqué final. A l’ouverture du sommet, le Président Barack Obama avait affirmé que ces notions devaient aller de pair.

La Grèce dans la zone euro

Les dirigeants du G8 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Italie, France, Allemagne, Japon et Russie) soulignent également "l’importance d’une zone euro forte et unie". Et expriment leur souhait commun de voir la Grèce "respecter ses engagements" et "rester dans la zone euro".

C’est le "message" que le Président François Hollande a "voulu porter" à Camp David, a-t-il déclaré aux journalistes français. "Le souhait que la Grèce reste dans la zone euro, respecte ses engagements, mais soit appuyée et accompagnée par l’Europe pour stimuler sa croissance", a ajouté François Hollande.
Le chef de l’Etat a estimé que ce G8, le premier auquel il participait, avait été "utile et fructueux". Et qu’il avait permis d’envoyer "un double message, un message de confiance et un message de croissance".

Après la situation économique, le G8 se penche successivement sur les questions de l’énergie, de la sécurité alimentaire, de l’Afghanistan, des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.
L’Afghanistan sera également au cœur du sommet de l’Otan qui démarre, dans la foulée du G8, à Chicago.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite