Une famille sahraouie établie dans les camps de Tindouf lance un appel au secours à la communauté internationale

Une famille sahraouie établie dans les camps de Tindouf a récemment adressé une lettre au Secrétaire Général des Nations Unies et à son Représentant Spécial au Sahara, ainsi qu’aux organisations internationales des droits de l’Homme, dans laquelle elle sollicite la protection des instances onusiennes contre les exactions des responsables du Polisario et l’ouverture d’une enquête approfondie aux fins de déterminer le commanditaire de l’assassinat d’un de ses membres, à savoir Bechri Sid Ahmed Zein, retrouvé mort calciné, en compagnie de trois autres individus dans une demeure située près de Bir Mougrien.

La famille en question qui compte à son actif de multiples confrontations avec les dirigeants du Polisario, accuse ses services de sécurité d’avoir commandité l’assassinat de Bechri Sid Ahmed Zein qui travaillait pour le compte d’un responsable du Polisario, connu pour ses activités de trafic en tout genre, avant de lui tourner le dos et de rejoindre le mouvement d’opposition "5 mars" avec qui il a participé à plusieurs manifestations à Rabouni.

De même, la mère et la tante du défunt, Lalla et Dadu Ment Zrouk, ont été emprisonnées à plusieurs reprises à cause de leur différend avec les responsables du Polisario. En témoigne la confrontation, en 2009, entre la précitée Lalla Ment Zrouk et Khatri Addouh, président du parlement, alors wali de "Smara" qui a ordonné son emprisonnement avant d’être contraint de la relâcher sur instruction de Mohamed Abdelaziz, suite aux manifestations organisées par les membres de sa famille.

Il est à signaler que cette famille, originaire de la tribu R’guibat Oulad Moussa, projette d’observer un sit-in ouvert devant le siège du HCR à Rabouni jusqu’à ce que ses revendications soient satisfaites.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite