Les deux principaux candidats à l’élection présidentielle du Malawi

Le Malawi vote mardi pour une répétition de la présidentielle de mai 2019, annulée par la justice pour cause de fraudes massives. En voici les deux principaux candidats:

Le Malawi vote mardi pour une répétition de la présidentielle de mai 2019, annulée par la justice pour cause de fraudes massives. En voici les deux principaux candidats:

Le vieux président

A bientôt 80 ans, Peter Mutharika a pris les rênes du pays à l’issue des élections de 2014, disputées deux ans après la mort de son frère aîné, le président Bingu wa Mutharika, décédé en fonction d’une crise cardiaque.

La réélection de Peter Mutharika en 2019 a été annulée par une décision historique de la Cour constitutionnelle en raison d’une série “d’irrégularités graves et systématiques” qu’il a toujours vigoureusement niées.

Professeur à l’université de Washington, aux Etats-Unis, Peter Mutharika est un spécialiste du droit constitutionnel qui a collectionné les maroquins ministériels – Justice, Education, Sciences et Technologie et Affaires étrangères avant d’accéder à la magistrature suprême.

Il est élu en 2014 sur la promesse d’éradiquer la corruption, dans la foulée du scandale dit du “cashgate” qui a mis au grand jour le pillage des caisses de l’Etat malawite par une coalition de cadres du parti au pouvoir, de hauts fonctionnaires et d’hommes d’affaires.

Lui-même a été mis en cause lors de son mandat présidentiel, accusé, mais jamais poursuivi, d’avoir empoché 200.000 dollars à la faveur d’un contrat public.

Son premier quinquennat à la tête du pays a également été terni par des pénuries de nourriture ou d’électricité, une dette croissante et une croissance économique en net ralentissement.

Il dirige le Parti démocratique progressiste (DPP).

L’éternel opposant

Ancien pasteur évangélique, Lazarus Chakwera, 65 ans, dirige le Parti du Congrès du Malawi (MCP), l’ancien parti unique à la tête du pays de 1964 à 1994 sous la poigne de fer de Hastings Banda.

Depuis le début de l’ère de la démocratie, son mouvement a systématiquement perdu tous les scrutins nationaux.

Candidat malheureux du MCP lors de la présidentielle de 2014, M. Chakwera est convaincu cette fois de pouvoir prendre sa revanche sur Peter Mutharika.

“Le peuple aspire au changement. Il l’exige et nous considère comme son visage”, a-t-il assuré à la veille du scrutin lors d’un entretien accordé à l’AFP.

Pour cette nouvelle tentative, il s’est assuré le soutien du vice-président Saulos Chilima, qui a claqué la porte du camp présidentiel et réuni l’an dernier autour de sa candidature 20,2% des suffrages.

Avant d’accéder à la tête du MCP en 2013, Lazarus Chakwera a dirigé pendant près d’un quart de siècle la congrégation des Assemblées de Dieu du Malawi.

Né dans la capitale Lilongwe d’un père paysan, il a été nommé Lazarus après la mort de ses deux frères aînés dans leur prime enfance. Chanteur émérite de gospels qu’il entonne volontiers de son fort accent américain, il est diplômé de philosophie et de théologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite