Les conservateurs allemands repartent en quête d’un successeur à Merkel

Qui pour succéder à Angela Merkel? Favori des sondages, son parti conservateur peine à faire émerger un candidat incontestable et organise samedi un débat en vue de départager trois prétendants, dont la campagne est bousculée par la pandémie.

Qui pour succéder à Angela Merkel? Favori des sondages, son parti conservateur peine à faire émerger un candidat incontestable et organise samedi un débat en vue de départager trois prétendants, dont la campagne est bousculée par la pandémie.

Le modéré Armin Laschet, le libéral Friedrich Merz et l’ancien ministre Norbert Röttgen tenteront de marquer des points avant la désignation, au congrès du parti chrétien-conservateur CDU début décembre, d’un nouveau chef.

Le vainqueur devrait être le candidat de la droite aux élections législatives prévues au plus tard en octobre 2021, au terme desquelles Mme Merkel doit quitter ses fonctions après 16 années passées à la chancellerie.

Un temps considérée comme la “dauphine” de Mme Merkel, la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer a décidé en février de quitter la tête de la CDU, faute d’autorité sur ses troupes.

La quête d’un favori est d’autant plus ardue que la chancelière, qui exclut de se représenter pour un cinquième mandat, surfe sur une popularité record, renforcée par sa bonne gestion de la crise du Covid-19.

Cette thématique sanitaire a d’ailleurs éclipsé toutes les autres, rendant la campagne pour sa succession peu audible. Les rassemblements militants, les visites de terrain sont pour la plupart annulés. Le débat de samedi soir, organisé par le mouvement de jeunes de la CDU, se déroulera en ligne, sans public.

La chancelière elle-même ne s’est pas immiscée dans les affaires internes de son parti et n’a apporté son soutien à aucun des candidats.

 

 Absence de relève

 

Angela Merkel a dû plusieurs fois mettre les choses au point et rappeler qu’elle ne serait “vraiment pas” candidate. Une insistance symptomatique du peu d’enthousiasme suscité dans les sondages par les trois candidats en lice.

Dans une enquête de popularité pour le poste de chancelier, parue vendredi, Armin Laschet (59 ans), dirigeant du Land Rhénanie du nord-Westphalie, et Friedrich Merz (64 ans) sont au coude à coude mais sans recueillir plus de 27% d’avis positifs.

A la tête de la région la plus peuplée d’Allemagne mais également la plus touchée par l’épidémie, M. Laschet paye sa volonté au début de l’été de déconfiner trop rapidement pour faire repartir l’économie.

Depuis, celui qui s’inscrit dans la continuité de Mme Merkel, s’est fait plus discret et mise sur le soutien que lui apporte Jens Spahn, ministre de la Santé qui a gagné en notoriété à la faveur de la crise sanitaire.

Faute de mandat électif, Friedrich Merz, peu apprécié d’Angela Merkel, reste difficilement audible. Ses positions ultralibérales l’ont également placé en décalage avec les aides massives décidées par le gouvernement pour aider l’économie à affronter la crise.

Ancien ministre de l’Environnement, spécialiste des questions internationales, Norbert Röttgen a du mal à sortir de son image d’expert, sans relais dans le parti.

Pour le Tagespiegel, ce débat risque “de ne pas clarifier la situation” au sein de la CDU.

Et le site d’informations NTV de renchérir: “Laschet trop impopulaire, Merz personnage du passé, Röttgen sans soutien – la CDU n’est pas exactement euphorique concernant ses candidats à la présidence du parti”.

 

 Le 4e homme

 

Conséquence: même une fois désigné, le candidat officiel de la CDU pourrait voir ses plans contrariés par Markus Söder, 53 ans, ministre-président de Bavière et président de la CSU, parti-frère bavarois du parti de Mme Merkel.

S’il répète ne pas envisager de quitter ses terres du sud de l’Allemagne, il devance nettement dans les sondages les autres prétendants de droite, écologistes ou de gauche dans la course à la chancellerie. Il recueille 52% d’avis positifs dans le dernier sondage pour la chaîne ARD.

Il profite, hasard du calendrier, de ses fonctions provisoires de président de la conférence des régions allemandes, siégeant aux côtés de Mme Merkel lors de chaque conférence de presse consacrée au virus.

Les conservateurs profitent également des faibles alternatives dans la course à la chancellerie: le candidat officiel des sociaux-démocrates, l’actuel ministre des Finances Olaf Scholz, est empêtré dans un scandale de fraude alors qu’écologistes et extrême droite semblent à la peine sur les questions liées à la crise sanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite