Le Prix Goncourt 1987, Tahar Benjelloun, “fier” de Leila Slimani et “heureux pour le Maroc”

Le prix Goncourt 1987, l’écrivain Taher Benjelloun, se dit “très heureux que le Maroc ait son second Goncourt avec Leila Slimani, “une grande écrivaine qui a beaucoup de talent”. “Vive le Maroc”, a-t-il lancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite