Le Parlement arabe pour une action internationale ferme face aux actes de “répression” en Syrie et au Yémen

Dans un communiqué, M. Deqbasi a émis l’espoir de voir le Conseil de la Ligue arabe, qui se tiendra dimanche soir au niveau des ministres des Affaires étrangères, aboutir à "des décisions pratiques et concrètes répondant aux aspirations des peuples syrien et yéménite et permettant leur protection contre les actes d’oppression".

Il a également mis l’accent sur la nécessité, pour le conseil de la Ligue arabe, de procéder au gel de l’adhésion de la Syrie et du Yémen à cette instance et aux autres organisations arabes.

Le responsable arabe a appelé également le conseil ministériel de la Ligue arabe à "souligner l’importance d’introduire en Syrie et au Yémen des réformes politiques, économiques et sociales, instaurant les bases d’une bonne gouvernance, fondée sur le respect de la liberté d’expression et de la primauté de la loi, ainsi que sur la promotion des droits humains".

Il a rappelé que le Parlement arabe avait recommandé, lors de sa dernière session tenue au Caire, la suspension de la participation des députés syriens aux réunions de cette instance arabe.

Selon des sources diplomatiques à la Ligue arabe, plusieurs pays arabes avaient présenté un projet de décision pour la suspension de la participation de la Syrie à toutes les réunions de cette organisation.

D’après la même source, cette décision intervient pour "éviter une internationalisation par le Conseil de sécurité de l’ONU de la question syrienne". La même source rappelle une décision similaire prise par le conseil de la Ligue arabe qui avait suspendu la participation de la Libye à toutes ses réunions.

En septembre dernier, le conseil ministériel de la Ligue arabe avait souligné qu’il est impératif, pour la Syrie, d’appliquer l’accord conclu avec la Ligue arabe concernant l’arrêt de toute forme de violence et la mise en oeuvre des réformes annoncées.

Le conseil a appelé aussi à engager un dialogue national garantissant une participation efficiente de toutes les forces d’opposition, en vue d’introduire le changement et la réforme politique escomptés et répondre aux aspirations du peuple syrien.

L’initiative arabe pour trouver une solution à cette crise demande aux autorités syriennes de présenter des garanties permettant une transition démocratique, ainsi que "la tenue d’élections présidentielles pluralistes en 2014".

L’initiative propose aussi l’annonce "d’une déclaration de principes claire et précise" pour "garantir une transition vers un gouvernement pluraliste".

L’initiative propose aussi "l’arrêt immédiat" de tout acte de violence contre les civils, ainsi que la libération de prisonniers politiques et l’indemnisation des personnes lésées au cours du mouvement de contestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite