Le Maroc va réviser son accord de libre-échange avec la Turquie

Rabat et Ankara vont réviser l'accord de libre-échange

Rabat et Ankara ont convenu mercredi de réviser l’accord de libre-échange liant les deux parties, marqué par un déficit commercial côté marocain, selon une déclaration conjointe publié à l’issue d’une rencontre d’affaires,, en marge de la 5ème session du comité mixte de suivi de l’Accord de libre-échange Maroc-Turquie.

Les deux pays se sont également mis d’accord pour initier immédiatement un travail sur les sujets convenus lors des travaux de cette réunion et évaluer le progrès enregistré jusqu’à la date 30 janvier 2020.

Depuis l’entrée en vigueur de cet accord en 2006, le commerce bilatéral a augmenté de 14% par an en moyenne, en faveur de la Turquie, a souligné le ministre marocain de l’Industrie et du commerce Moulay Hafid Elalamy, à l’issue d’une rencontre à Rabat avec son homologue turc Ruhsar Pekcan.

“Le Maroc et la Turquie conviennent de revoir les conditions de leur accord de libre-échange pour un commerce plus équilibré, plus important et de bonne qualité” selon la déclaration conjointe.

Les importations marocaines depuis la Turquie ont atteint 21,5 milliards de dirhams en 2018 (2 milliards d’euros), contre 5,54 milliards de dirhams (510 millions d’euros) pour les exportations marocaines, creusant le déficit commercial marocain à 16 milliards de dirhams (1,5 milliard d’euros).

L’industrie marocaine du textile est tout particulièrement touchée par la concurrence des produits turcs.

“C’est dans ce cadre que nous avons convenu de nous réunir dans les plus brefs délais pour identifier les moyens de réajuster la situation actuelle et faire en sorte que cet accord soit bénéfique pour les deux parties”, a dit le ministre marocain, sans détailler les grandes lignes de ce réajustement.

Une nouvelle réunion entre les deux parties programmée fin janvier doit entériner la révision.

Le Maroc est lié à une cinquantaine de pays par des accords de libre-échange, avec pour la plupart une balance commerciale déficitaire pour le royaume.

Lundi au Parlement, Moulay Hafid Elalamy a fait savoir que les accords “posant problème” allaient être reconsidérés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite