Le Maroc fait de la promotion d’une éducation de qualité une priorité nationale, assure M. Benmoussa devant l’UNESCO

Le Maroc a fait de la promotion d’une éducation de qualité une priorité nationale et un levier fondamental pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable, a assuré, jeudi à Paris, le ministre de l’Education Nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa.

Pour consacrer le rôle de l’éducation dans le développement, le Maroc a réaffirmé, dans le cadre de son Nouveau modèle de développement, la priorité qu’il convient d’accorder à ce secteur et des réformes urgentes qu’il convient de mener pour instaurer une nouvelle école inclusive, basée sur les principes de l’équité, de l’égalité des chances et de la qualité pour tous, a souligné M. Benmoussa, qui intervenait lors du Segment de haut niveau de la Réunion Mondiale sur l’Education, co-présidée par l’UNESCO et la France.

Cette Réunion, organisée dans le cadre de la 41ème Conférence Générale de l’UNESCO, réunit, mercredi et jeudi, des chefs d’Etat et de gouvernement et plus de quarante ministres de l’Education, ainsi que des représentants d’organisations internationales. Elle doit débattre de la relance de l’Éducation après la pandémie de COVID-19, mais aussi des moyens d’accroître durablement les investissements dans l’éducation.

Pour accompagner sa vision, “le Maroc prévoit d’augmenter le budget consacré à l’éducation nationale entre 2021 et 2022 de plus de 6% ; un taux bien supérieur à l’augmentation moyenne du budget de l’Etat et qui reflète la priorité accordée à ce secteur par le gouvernement. C’est ainsi prés de 22% du budget général de l’Etat qui est consacré à ce secteur”, a souligné M. Benmoussa, également président de la Commission Nationale pour l’Education, les Sciences et la Culture.

“Malgré cet effort qui est appelé à s’inscrire dans la durée, il n’en demeure pas moins que les ressources restent insuffisantes pour relever l’ensemble des défis du secteur et accélérer le redressement qui s’impose dans cette période critique”, a reconnu le ministre pour qui “la mobilisation de financements innovants, la mobilisation de partenariats public/privé ou public/fondations s’imposent et peuvent être favorisées par la coopération multilatérale, multipartite et intersectorielle”.

Dans ce sens, a poursuivi M. Benmoussa, la bonne coordination entre les efforts nationaux portés par de multiples acteurs et les partenaires régionaux et internationaux est “essentielle” pour gagner en efficacité et en synergie.

Après avoir renouvelé l’estime que porte le Maroc au rôle avant-gardiste joué par l’UNESCO en tant que Chef de file dans la promotion de l’Education pour le Développement durable, notamment les progrès dans la réalisation de l’ODD4 et de l’agenda 2030, le ministre a exprimé le soutien du Royaume à la Déclaration de Paris, un appel mondial pour accroître les investissements dans l’éducation au lendemain de la crise du COVID-19.

Dans le cadre de cette Déclaration pour l’éducation, les Etats signataires se sont engagés à améliorer les investissements en s’appuyant sur les financements publics et la coopération public-privé. Ils ont appelé également à renforcer l’aide internationale à l’éducation, en en faisant une priorité en vue d’atteindre l’objectif de 0,7% du PNB des donateurs de l’aide publique au développement.

Le Maroc prend part à la 41ème Conférence Générale de l’UNESCO, qui se tient jusqu’au 24 novembre à Paris.

Le Maroc, qui préside le groupe des pays arabes prend part à cet événement, qui coïncide avec la célébration du 75ème anniversaire de la création de l’UNESCO, avec une délégation importante conduite par le ministre de l’Éducation Nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa et composée notamment de l’ambassadeur-délégué permanent du Royaume auprès de l’UNESCO Samir Addahre.

Par ailleurs et dans le cadre de sa participation à cette Conférence générale de l’UNESCO, M. Benmoussa a eu des rencontres bilatérales avec plusieurs de ses homologues notamment de la France, la Tunisie, la Libye, le Sénégal, le Bahreïn, le Gabon et des Emirats Arabes Unis.

Il s’est également réuni ce jeudi avec la Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, Stefania Giannini.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite