L’excellente santé de l’industrie marocaine, une “chance” pour les entreprises européennes (Rachida Dati)

L
L’eurodéputée française Rachida Dati a plaidé pour la promotion de la colocalisation des activités entre l’Europe et le Maroc, soulignant que "l’excellente santé de l’industrie marocaine est une chance pour les entreprises européennes".

"L’Europe et le Maroc doivent continuer à intensifier leurs échanges pour renforcer la compétitivité et le développement de nos économies" et "faire le pari d’une croissance commune et complémentaire", a-t-elle déclaré dans un communiqué au lendemain de la tenue au Maroc des 3èmes Assises de l’Industrie.

Aux portes de l’Europe, le Maroc est donc devenu "un partenaire clé pour le développement à l’international des entreprises européennes. Et nous pouvons faire ce développement, en évitant de sacrifier des emplois en Europe", a estimé Mme Dati, appelant à promouvoir le concept de la colocalisation.

"La colocalisation de l’activité permet aux entreprises de gagner de nouvelles parts de marché, de gagner en compétitivité et donc de créer de nouveaux emplois en Europe et au Maroc", a souligné l’ancienne Garde des Sceaux de France.

Dans le secteur aéronautique, "le dynamisme de l’industrie marocaine a déjà attiré de grands groupes. De nombreux sous-traitants ont également choisi de s’y installer, a relevé Mme Dati, notant que "c’est tout le secteur aéronautique européen qui peut profiter de ce levier de croissance".

Dans ce contexte, a-t-elle souligné, il faut "poursuivre l’intégration de nos économies qui peut profiter à d’autres secteurs d’activité", citant en particulier le domaine aérospatial. "Le développement du système de navigation par satellite Galileo est un enjeu important des discussions entre l’Europe et le Maroc", a-t-elle suggéré.

Au-delà des "prouesses économiques" du Maroc, l’Europe peut compter sur ce pays désormais "modèle se stabilité politique en Afrique du Nord", grâce aux réformes importantes et visionnaires impulsées par SM le Roi Mohammed VI ces dernières années, a conclu l’eurodéputée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite