L’Espagne rejoint le programme d’avion de combat du futur (SCAF)

L’Espagne a été associée jeudi au système d’avion de combat du futur (SCAF) franco-allemand, “un projet majeur pour l’Europe de la défense avec le futur char de combat”, a annoncé la ministre française de la Défense Florence Parly.

Le projet SCAF est devenu vendredi "un programme franco-germano-espagnol" avec la signature d’une lettre d’intention par la ministre espagnole Margarita Robles, au cours d’une rencontre avec ses homologues française et allemande en marge d’une réunion à Bruxelles au siège de l’Otan, a souligné Mme Parly dans un entretien avec l’AFP.

"Je ne veux pas préjuger de la décision de l’Espagne" d’acheter ou non le F-35 américain, a précisé la ministre française. L’Espagne doit moderniser une partie de son aviation de combat.

Le programme SCAF devrait être opérationnel "à l’horizon 2040" et le futur avion fonctionnera dans un système de combat connecté avec des drones, a souligné Mme Parly. Il a vocation à prendre le relais du Rafale français, a-t-elle rappelé.

"Ce gouvernement (espagnol, ndlr) s’est toujours engagé auprès de l’Europe (…) La signature d’aujourd’hui s’inscrit dans cette ligne", a pour sa part commenté Mme Robles.

L’Allemagne a refusé d’acheter le F-35 américain pour renouveler sa flotte d’avions de combat, alors que la Belgique avait été accusée par la France fin 2018 d’aller "a contrario des intérêts européens" en optant pour l’appareil de Lockheed Martin.

La question est désormais de "déterminer le rôle de l’Espagne" dans le programme SCAF dont il est encore trop tôt pour pouvoir en chiffrer le coût, a dit Mme Parly.

"Nous sommes encore dans la phase d’études", a expliqué la ministre, "nous devons déterminer qui va contribuer à quoi".

La France a pris le leadership industriel pour le programme SCAF et l’Allemagne dirige le projet de char de combat, selon Mme Parly.

Les deux partenaires veulent éviter les difficultés qui ont nui aux précédents grands programmes industriels comme l’avion militaire gros porteur A-400M, a-t-elle souligné.

Les travaux avancent avec la signature du premier contrat pour la conception du moteur de l’avion avec les motoristes allemand MTU Aero engines et français Safran et la signature avant l’été de deux contrats pour un démonstrateur de moteur et un démonstrateur d’avion, a encore déclaré Mme Parly.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite