Joe Biden déclassifie le rapport de la CIA sur l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi

Les Etats-Unis ont publiquement accusé vendredi le prince héritier d’Arabie saoudite d’avoir “validé” l’assassinat ou la capture du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et ont sanctionné certains de ses proches.

Ryad a “rejeté totalement les conclusions fausses et préjudiciables” du rapport des services de renseignement américains, tout en appelant de ses voeux la poursuite d’un partenariat “solide et fort” avec Washington.

Le document de quatre pages déclassifié contient une liste d’une vingtaine de personnes impliquées dans l’opération.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a, lui, interdit d’entrée aux Etats-Unis 76 Saoudiens, dans le cadre d’une nouvelle règle, baptisée “Khashoggi ban“, ou “interdiction Khashoggi“, visant toute personne accusée de s’attaquer, au nom des autorités de son pays, à des dissidents ou journalistes à l’étranger.

“Les Etats-Unis n’imposent généralement pas de sanctions aux plus hauts dirigeants de pays avec lesquels ils entretiennent des relations diplomatiques”, a justifié le département d’Etat.

Le président Biden veut “recalibrer” les relations avec Ryad mais ne veut pas de crise ouverte.

“La relation avec l’Arabie saoudite est importante”, a dit Antony Blinken. Les mesures annoncées, “c’est vraiment pour ne pas avoir de rupture dans les relations mais pour les recalibrer”, a-t-il plaidé.

La directrice du renseignement national Avril Haines a abondé dans ce sens et déclaré que la décision de publier le rapport “n’allait pas faciliter les choses”, mais que ce n’était pas “inattendu”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite