Israël ouvre une première ambassade aux Emirats arabes unis

Israël a annoncé dimanche l’ouverture d’une ambassade aux Emirats arabes unis, un peu plus de quatre mois après la signature d’un accord de normalisation de ses relations avec cette monarchie arabe du Golfe.

“L’ambassade d’Israël à Abou Dhabi a été officiellement ouverte aujourd’hui avec l’arrivée du représentant de la mission, Eitan Na’eh”, a indiqué le ministère israélien des Affaires étrangères dans un communiqué, ajoutant que la délégation israélienne travaillera à “approfondir” encore les liens entre les deux pays.

L’ambassade israélienne, qui est pour l’instant installée dans des “bureaux temporaires”, fera la promotion de “l’éventail complet” des relations entre les deux pays, ont précisé les autorités israéliennes.

“L’ouverture de cette mission va permettre (…) le développement complet et rapide de l’ensemble du potentiel de nos relations”, s’est félicité dans un communiqué le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi.

Israël a annoncé ces derniers mois des accords de normalisation de ses relations avec quatre pays arabes: les Emirats arabes unis, Bahreïn, mais aussi le Soudan et le Maroc, sous le parrainage des Etats-Unis du président Donald Trump.

D’ailleurs, le gouvernement israélien a officiellement approuvé dimanche l’accord avec le Maroc qui doit toutefois encore obtenir le feu vert des députés.

Dans la foulée de cette vague de normalisation, de nombreux accords commerciaux ont été signés entre les Emirats arabes unis et Israël dans les secteurs de l’agro-alimentaire, du tourisme et des hautes technologies.

Une filiale israélienne du géant français EDF a d’ailleurs signé ces derniers jours un premier accord de coopération avec une entreprise des Emirats dans le domaine de l’énergie renouvelable visant à faire de l’Etat hébreu un leader mondial de l’énergie solaire.

 

 Ambassade émiratie à Tel-Aviv

 

Premier diplomate israélien officiellement en poste aux Emirats, Eitan Na’eh avait déjà été affecté il y a quelques années à la délégation israélienne en Turquie avant d’être expulsé lors d’une crise en mai 2018 entre les deux pays à propos de violences à Gaza, territoire palestinien sous blocus israélien.

Une soixantaine de Palestiniens avaient été tués par l’armée israélienne lors de manifestations à Gaza le 14 mai 2018, des violences fustigées par le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui avait notamment accusé Israël de “génocide”.

Les manifestants protestaient contre l’inauguration le jour même de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem après son transfert de Tel-Aviv, une décision de l’administration Trump qui rompait ainsi avec des décennies de consensus international.

Dimanche, les Emirats arabes unis ont approuvé l’installation de leur première ambassade à Tel-Aviv, métropole israélienne où sont basées la majorité des représentations diplomatiques car ne reconnaissant pas Jérusalem comme capitale d’Israël.

Israël a annexé en 1967 la partie orientale de la ville sainte et considère l’ensemble de Jérusalem comme sa capitale “indivisible”, tandis que les Palestiniens aspirent à faire de Jérusalem-Est la capitale d’un éventuel Etat indépendant.

Les Palestiniens qualifient d’ailleurs de “trahison” la normalisation en cours des relations entre Israël et des pays arabes, estimant que ce processus ne pouvait être envisagé qu’après – et non avant – une résolution du conflit israélo-palestinien.

Avant les Emirats, l’Egypte et la Jordanie avaient déjà établi des relations diplomatiques avec l’Etat hébreu, lors de la signature, respectivement en 1979 et 1994, de traités de paix ayant mis fin à l’état de guerre avec le voisin israélien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite