Irak: Nouri al Maliki ne renoncerait “jamais” à vouloir conserver son poste de Premier ministre

Nouri al Maliki a annoncé vendredi qu’il ne renoncerait "jamais" à vouloir conserver son poste de Premier ministre malgré les nombreux appels, en Irak comme à l’étranger, en faveur de sa mise à l’écart pour faciliter la formation d’un nouveau gouvernement de consensus.

"Je ne renoncerai jamais à ma candidature au poste de Premier ministre", a dit le chef chiite du gouvernement sortant, dans une déclaration lue à la télévision par un présentateur. "Je resterai un soldat, défendant les intérêts de l’Irak et de son peuple face aux terroristes et à leurs alliés, les baassistes et les Naqshbandi, qui mettent en application un programme douteux provenant de l’extérieur", a ajouté Nouri al Maliki.

Les djihadistes sunnites de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), appuyés par des groupes favorables à l’ancien régime de Saddam Hussein, se sont emparés depuis début juin de pans entiers de territoires dans le nord et l’ouest de l’Irak.

Nouri Al-Maliki est en sursis. Une pluie d’accusations s’abat de toutes parts, en Irak comme à l’étranger, sur le chef du gouvernement après la déroute des forces gouvernementales face à l’offensive de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) et de ses alliés sunnites. Sorti vainqueur avec son parti des élections législatives du 30 avril, le premier ministre sortant n’est plus assuré de réunir autour de lui une coalition pour briguer un troisième mandat. De plus en plus de voix s’élèvent pour demander son départ, l’accusant d’avoir mené le pays à l’impasse.

Arrivé au pouvoir en 2006, M. Maliki s’est peu à peu recroquevillé sur sa base électorale chiite, menant une politique autoritaire et sectaire au détriment des minorités kurde et sunnite. Marginalisée, la communauté sunnite, qui compose 35 % de la population irakienne, a vu naître en son sein en 2011 un mouvement de contestation pacifique. Ce mouvement, réprimé férocement, s’est transformé en insurrection. Un terreau insurrectionnel sur lequel prospère aujourd’hui l’EIIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite