GhaliGate: Sánchez responsable du blocage des relations entre les services marocains et espagnols (média espagnol)

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a “court-circuité les bonnes relations entre les services secrets hispano-marocains, alors que la phase d’alerte dans la lutte contre le terrorisme est au +niveau quatre renforcé+, sur une échelle de cinq -un risque proche de +très élevé+“, s’alarme le site d’investigation espagnol OK Dario.

“Le faux pas de La Moncloa avec le transfert du chef du Front Polisario dans un hôpital de Logroño a été décrit par les experts de la police comme une frivolité qui peut même aggraver la pression sur les mesures de sécurité”, croit savoir le site, rappelant que c’est le ministère de l’Intérieur, par le biais d’un tableau d’évaluation, qui fixe périodiquement le niveau d’alerte en fonction des menaces extérieures.

L’organe d’évaluation, présidé par le secrétaire d’État à la sécurité, est composé de représentants de la police nationale, de la garde civile, du CNI et du centre de renseignement contre le terrorisme et la criminalité organisée (CITCO).

“Ces quatre institutions étatiques, qui coordonnent et développent la lutte contre le terrorisme, centrée principalement sur le danger djihadiste, sont les plus touchées après la rupture diplomatique du Maroc avec l’Espagne”, déplore le site.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite