France: “pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca”

“Il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca”, a assuré, jeudi, le ministre français de la Santé, Olivier Véran, qui a saisi l’Agence nationale de sécurité du médicament.

Le ministre réagissait à la décision du Danemark, de la Norvège et de l’Islande de suspendre momentanément l’administration du vaccin développé par le laboratoire suédo-britannique, en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins.

“Le bénéfice apporté par la vaccination est jugé supérieur au risque à ce stade”, a affirmé le ministre de la Santé lors du point presse hebdomadaire sur la situation sanitaire en France.

Olivier Véran a affirmé avoir pris cette décision après avoir saisi l’Agence nationale de sécurité du médicament. C’est aussi ce qu’a estimé l’Agence européenne des médicaments (EMA), qui a conseillé de poursuivre les injections.

“Les investigations sont en cours en France et à l’étranger. L’Angleterre, qui a vacciné des millions de personnes avec le vaccin AstraZeneca, enjoint à poursuivre la campagne et n’a pas (observé) à très large échelle de sur-risque d’effet indésirable grave”, a ajouté M. Véran.

“Sur 5 millions d’européens (vaccinés avec AstraZeneca), 30 personnes ont présenté des troubles de la coagulation”, a-t-il poursuivi, en soulignant que cela ne constituait pas de “sur-risque statistique” par rapport à des gens non-vaccinés.

Pour autant, “chaque dossier est analysé” pour déterminer s’il existe “un lien de causalité avec la vaccination”, a-t-il ajouté. “Si la situation devait évoluer, nous prendrions des décisions, mais à ce stade, il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination”.

S’agissant de la situation sanitaire dans le pays, le ministre a évoqué une situation “tendue et inquiétante”. Le seuil des 4.000 malades du Covid-19 en réanimation a été de nouveau dépassé, jeudi, a-t-il précisé. C’est une première depuis fin 2020.

Cependant, la situation reste “très hétérogène” d’une région et d’un département à l’autre. Trois régions continuent de concentrer les inquiétudes : les Hauts-de-France, l’Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur, a poursuivi Olivier Véran.

Selon le ministre, c’est la situation épidémique en Ile-de-France, qui “nous préoccupe tout particulièrement”. Surtout qu’”un Francilien est admis en réanimation toutes les douze minutes”, augmentant encore davantage la pression sur les hôpitaux.

Si la situation venait à empirer, “des dizaines voire des centaines” de patients pourraient être transférés depuis l’Ile-de-France vers d’autres régions, a prévenu M. Véran.

Dans sa conférence de presse, le ministre de la Santé n’a pas évoqué de nouvelles restrictions ni annoncé de changements concernant le couvre-feu ou les confinements locaux.

Plus de 27.000 nouveaux cas de contamination ont été recensés ce jeudi en France où 265 patients sont morts du Covid-19, selon Santé publique France.

Depuis son apparition il y a un an, l’épidémie a officiellement fait près de 90.000 morts en France, principalement des personnes très âgées.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite