Deux soldats français tués au Mali par une bombe artisanale

Deux militaires de la force française au Sahel “Barkhane” ont été tués et un grièvement blessé samedi matin par une bombe artisanale dans le nord du Mali, où la situation politique et sécuritaire reste confuse après le coup d’Etat du 18 août.

Un communiqué de la présidence française a annoncé “la mort de deux militaires français, le brigadier-chef de première classe S.T. et le hussard parachutiste de première classe Arnaud Volpe, après la destruction de leur véhicule blindé par un engin explosif improvisé (…) lors d’une opération” dans la région de Tessalit, dans le nord du Mali.

“Le président de la République salue à nouveau le courage et la détermination des militaires français déployés au Sahel, aux côtés de leurs frères d’armes des nombreux pays engagés solidairement dans cette difficile mission”, ajoute l’Elysée.

“Les trois membres du véhicule ont été très gravement blessés et immédiatement pris en charge”, a précisé peu après l’état-major des armées françaises. Deux ont succombé à leurs blessures, et “l’état de leur camarade est stable, mais son pronostic vital demeure réservé”.

Selon l’état-major, ce bilan porte porte à 45 le nombre de soldats français morts au combat dans le cadre des opérations “Serval” (2013) et “Barkhane” (depuis août 2014), qui compte quelque 5.000 militaires. En novembre 2019, la France en avait perdu 13 dans un accident entre deux hélicoptères en opération au Mali.

Ces derniers mois, l’armée française et celles des pays africains du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) ont multiplié les offensives, en particulier dans la zone dite des “trois frontières” entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

Elles ont revendiqué la “neutralisation” de plusieurs dizaines de jihadistes, dont l’émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l’Algérien Abdelmalek Droukdal, en juin. A quelques rares exceptions près, l’armée française ne précise jamais si elle a tué ou arrêté des combattants jihadistes, préférant le terme générique de “neutralisation”.

Une certaine inquiétude pointe en France depuis le coup d’Etat mené par un groupe de colonels contre le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui était au pouvoir depuis sept ans.

Dans son communiqué, le président français Emmanuel Macron a ainsi appelé “à la mise en place sans délai d’une transition politique civile au Mali (…) condition sine qua non d’une lutte efficace contre les terroristes”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite