Covid-19: huit nouveaux départements français sous cloche à 18H00

 Huit nouveaux départements français s’apprêtent dimanche à avancer leur couvre-feu à 18H00, une mesure contestée mais jugée “nécessaire” pour tenter d’éviter un rebond de l’épidémie de Covid-19, alors que les inquiétudes grandissent face à la circulation du nouveau variant britannique.

La semaine s’annonce décisive pour évaluer la menace de cette version du coronavirus, réputée plus contagieuse, sur le territoire français.

L’impact des fêtes de fin d’année, deuxième sujet de préoccupation, devrait aussi commencer à être connu.

Face à cela, huit nouveaux départements ont décidé d’avancer leur couvre-feu à 18H00 à compter de ce dimanche: le Cher, l’Allier, la Côte-d’Or, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, ainsi que le Vaucluse, les Alpes-de-Haute-Provence et les Bouches-du-Rhône. Ils rejoignent ainsi quinze autres départements, essentiellement de l’Est de la France.

L’avancement du couvre-feu est contesté par des élus locaux, doutant de son efficacité sur le plan sanitaire et par craintes de retombées économiques.

En prenant en compte ce nouveau cluster, une quarantaine de cas de contamination par ce variant sont avérés en France (ainsi que trois autres par un variant différent initialement repéré en Afrique du Sud).

Mais il y a fort à parier que la mutation, qui semble 50% à 70% plus contagieuse, circule déjà activement, comme le redoute le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Eric Caumes, selon lequel “on n’y échappera pas”.

Pour y voir plus clair, une opération de dépistage massif s’est déroulée samedi à Bagneux, en banlieue parisienne, où le variant a été détecté vendredi.

Une enquête nationale a en outre été lancée pour faire une “première cartographie” de sa diffusion, selon Santé publique France, sur tous les tests positifs de jeudi et vendredi.

A l’aune des premiers résultats de ces tests, ainsi que des probables retombées des fêtes de fin d’année, de nouvelles restrictions pourraient être prises.

Sans prononcer le mot de “reconfinement”, et tout en prévenant que les écoles ne devaient fermer qu’en cas de situation “gravissime”, Jean Castex n’a pas exclu jeudi d’aller encore plus loin et de prendre des “mesures nationales supplémentaires”.

Les indicateurs de l’épidémie restent inquiétants, avec des contaminations quotidiennes autour de 20.000 cas et un taux de personnes positives, en hausse, à 6,3%. La tension hospitalière ne baisse pas, avec 24.240 patients hospitalisés, dont 2.600 en réanimation.

Sur le front des vaccins, après de vives critiques sur la lenteur au démarrage de la campagne, le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé que le pays passerait “probablement le cap symbolique des 100.000 Français vaccinés dans le week-end”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite