Corse: Orsoni s’estime “condamné à mort” et envisage de quitter la Corse

La figure du nationalisme corse et président de l’AC Ajaccio Alain Orsoni s’estime "condamné à mort" et envisage de demander un assouplissement de son contrô le judiciaire pour pouvoir quitter l’Ile de Beauté, dans un entretien au Parisien-Aujourd’hui en France, daté de vendredi.

Alain Orsoni dit avoir décidé avec les enfants d’Antoine Sollacaro, son avocat assassiné il y a un mois, d’observer "une certaine réserve" après ce décès. Mais après le meurtre, mercredi, du président de la chambre de commerce et d’industrie de Corse-du-Sud, Jacques Nacer, M. Orsoni dit atteindre "un tel stade de désespérance qu'(il se) sent presque obligé de parler".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite