Claude Guéant dénonce un “scandale d’Etat”, l’Elysée réplique

Claude Guéant, entendu cette semaine dans l’enquête sur l’arbitrage controversé dont a bénéficié Bernard Tapie en 2008 dans l’affaire Adidas, a dénoncé dimanche "un scandale d’Etat" visant à nuire à Nicolas Sarkozy.

L’ancien secrétaire général de l’Elysée et ancien ministre de l’Intérieur a notamment dénoncé la transmission aux juges par la présidence de la République d’archives de l’ancien président.

"Nous savons qu’il y a au sein de l’Etat, une utilisation de l’Etat, une structure, une organisation qui est faite à coups de violations de secrets de l’instruction et de l’enquête et à coups d’instrumentalisation de la justice pour dénigrer Nicolas Sarkozy, pour le détruire, et avec lui ses principaux collaborateurs", a-t-il dit lors de l’émission Le Grand Rendez-vous Europe 1-Le Monde-I&gt,Télé.

La transmission des archives, "c’est complètement irrégulier", a-t-il ajouté. "Je dis qu’il y a manipulation."

La présidence de la République a répondu que "dans le cadre de l’instruction suivie par le juge Tournaire et sur la demande expresse de ce dernier, elle lui a communiqué les seuls éléments d’information requis qui se trouvaient disponibles dans les services de l’Elysée".

"La présidence de la République a ainsi agi dans le strict respect de la loi et des réquisitions de l’autorité judiciaire", poursuit le communiqué.

Sorti de garde à vue mercredi, Claude Guéant doit être convoqué ultérieurement par les juges, avait-on appris mercredi de source proche de l’enquête. Mais "il ne fait l’objet à cette heure d’aucune poursuite et il n’y a absolument pas d’éléments qui justifieraient une quelconque mise en cause", avait expliqué son avocat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite